RSS
RSS




Partagez|

Asks me to wait for you and I will • Adenora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t86-throrilin-duraz-dro
Infos de base
♦ Visage : Richard Armitage
♦ Messages : 91
♦ Date d'inscription : 24/04/2013
♦ Localisation : Erebor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Asks me to wait for you and I will • Adenora Ven 4 Sep - 21:12

Asks me to wait for you and I will

I have a place I can call my own that's where i gotil the night is gone a travel my mind and into my heart nobody knows when I go that far

Le poing serré sur les fourrures qui parait son lit, le souverain des nains s’était une fois de plus réveillé en pleine nuit, en sursaut et secoué par le même inlassable cauchemar. Si le début n’était jamais qu’une succession de souvenirs désagréable lui rappelant Eryn Lasgalen et la mort de ses proches, la suite se muait irrémédiablement en une boucherie pire encore. Tous, ils étaient tous là à ses pieds baignant dans leur sang. Kazadran, Kirís, Gorkim, Dueran et surtout Adenora. Leurs visages pâles comme la mort, leur sang rubis qui noyait la verte prairie, la transformant en un marécage rouge épais et collant. Le sol se dérobait sous ses pieds, c’était sa faute… tout était toujours de sa faute. Le ciel s’assombrissait à en devenir plus noir que l’encre et résonnait dans l’air un rire rauque et sadique, mêlé à la voix de son père qui lui hurlait « pourquoi les as-tu abandonné. » Avant que n’apparaisse sous ses yeux les corps d’Elendil et de Théomer. « Tu les as abandonné… » Tonnait alors la voix de son père et Durìn se réveillait systématiquement à ce moment-là. Perdu et surtout perturbé par ce mauvais rêve qui revenait encore et encore. Ce n’était qu’un rêve, tentait-il toujours de se convaincre pendant plusieurs minutes avant d’irrémédiablement quitter sa couche pour se vêtir et trouver à s’occuper l’esprit. Passant ses vieilles frusques qu’il utilisait pour la forge principalement, il passa alors la tête par la porte de sa chambre pour avoir une petite idée de ce que faisais les garde. Visiblement, il était l’heure de la relève et personne en vue. Le tout était désormais de fuir les couloirs de la demeure royale sans être repéré afin de pouvoir passer du temps seul, sans avoir toujours une escorte collé aux talons.

Ce fût sans aucun doute la partie facile, il avait après tout faussé compagnie un nombre incalculable de fois à ses garde depuis sa plus tendre enfance. Il devait désormais descendre dans les tréfonds d’Erebor, jusqu’aux énormes fours des forges, flamboyant jours et nuits. Ne pas se faire remarquer parmi les nains qui rentraient probablement chez eux après avoir bu plus que de raison aux tavernes. Difficile lorsqu’on est la tête d’un pareil royaume, que votre visage est connu de tous. Être roi a sans doute bien des avantages aux yeux de nombreuses personnes, mais pour celui qui est chargé de ce poids, cela peut devenir une véritable plaie. Durín faisait partie de ceux-là, de ceux à qui le pouvoir échoue de père en fils sans qu’il ait pu choisir quoi que ce soit. Propulser sur le trône par la force des choses, sans réellement y être préparé et ce quoi qu’en dise tous ceux qui assurent qu’il est un roi né. Faute probablement à cette prophétie et cette histoire de réincarnation qui plane sur lui depuis avant même sans naissance. Le roi réajusta sa cape sur sa tête de manière à cacher aux yeux de tous, son visage et se dirigea vers l’escalier principal. Il s’arrêta à nouveau en chemin devant une maison qu’il connaissait bien. Un instant, il fût pris de l’envie de frapper à la porte de la naine, de tout lui dire, de sa jalousie jusqu’à la promesse faite à son frère avant qu’il ne meurt.

Pourtant, après être resté planter là pendant plusieurs minutes à peser le pour et le contre, il en déduit qu’il était bien trop tard pour ce genre de discourtoisie et tourna les talons. Une fois l’escalier rejoint, il le descendit prestement en direction du centre de la Montagne.  Les forges étaient presque vides à cette heure-ci. Au son produit par les marteaux sur les enclumes, il estimait à deux voir peut-être trois le nombre de travailleur de nuit. Il ne prit pas le temps d’aller le vérifier, il fila droit vers l’établi qu’il lui était réservé, bien qu’il n’ait plus autant de temps à consacré à son art de prédilection depuis cinq ans maintenant. Il fit voler sa cape de ses épaules et la déposa dans un coin avant de détacher les premiers boutons de sa chemise et de relever ses longs cheveux en queue de cheval, pendant qu’un fer rougissait déjà dans l’imposante cheminée. Une douce mélodie ne tarda pas à lui venir aux oreilles alors que son marteau faisait chanter le fer contre l’enclume. Cela aurait été une vie pour lui, il l’avait toujours su, d’être simple maître forgeron au service d’autrui. D’être simple guerrier nain sans prétention. De ne pas avoir toutes ces choses dans la tête au point d’en oublier le principal. Il replongea le fer dans l’âtre ardent et releva ses manches sur ses coudes. Son regard azur se posa sur sa tâche de naissance en forme d’étoile à sept branches. Il bouclait la boucle, après lui, cette histoire de réincarnation cesserait… Lorsqu’il reprit le fer pour le battre, il stoppa son geste net, le marteau demeurant suspendu dans les airs. « Je te croyais endormie chez toi… » Ne trouva-t-il qu’à dire à la naine blonde qui se trouvait désormais devant lui. Il posa lentement le marteau sur l’enclume et soupira longuement avant d’inspecter les alentours en quête de garde potentiellement prévenu par la dame, mais rien. « Tu n’as pas prévenu la garde ? » s’étonna-t-il. Toute personne autre du peuple l’aurait fait en le reconnaissant vagabondant seul dans la nuit ainsi.

made by roller coaster


Revenir en haut Aller en bas
avatar
NeutreNeutre
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t975-unbent-unbowed-unb
Infos de base
♦ Visage : Lena Headey
♦ Messages : 31
♦ Date d'inscription : 01/09/2015
♦ Localisation : Erebor.
Emploi/loisirs : pratique parfois la vannerie, touche un peu à la botanique et s'adonne à l'archerie.
Fiche RPG

Message Sujet: Re: Asks me to wait for you and I will • Adenora Sam 5 Sep - 10:51

Asks me to wait for you and I will

I have a place I can call my own that's where i go 'til the night is gone a travel my mind and into my heart nobody knows when I go that far

Ça n'était pas un cauchemard qui la gardait éveillée pour sa part. Le sommeil et la naine avait une relation quelque peu compliquée depuis bien des années déjà et bien souvent ce dernier l'éludait mais c'était sans conséquence en règle générale. Alors ces soirs là, Adenora restait éveillée à lire dans sa chambre, qu'il s'agisse de poésie ou des traités, qu'importe le sujet du moment que cela lui permettait de tromper l'ennui et la solitude. Cette maison était trop grande pour elle seule mais c'était la demeure de feu son fiancé et elle se devait de rester là, histoire de maintenir l'illusion de présence en ces murs même s'il y avait un moment déjà que l'endroit avait perdu de sa chaleur. Quelques feuillets posés sur ses genoux, machinalement elle portait sa main à son cou, là où pendait la bague de son frère, accrochée à une ficelle de cuir qui ne la quittait jamais. Il lui manquait toujours autant même après tout ce temps. Cinq années n'étaient rien pour les Nains c'est vrai et pourtant cela lui semblait être une éternité déjà. Darin était son frère mais tellement plus en vérité. Il était son double, celui qu'elle avait toujours pris pour modèle - au désespoir de sa mère fut un temps-, celui qui comprenait son envie de liberté et ce même si une trentaine d'années les séparaient. Et bien sûr, penser à lui lui faisait aussi penser à Kahlan. Cette soeur qu'elle avait perdu avant son frère, partie vivre cette vie qu'elle abhorrait depuis toute petite, celle pour laquelle on l'avait préparé et à laquelle elle avait fini par se résoudre par dépit. Ça n'était pas tant le mariage qu'elle redoutait, mais plutôt ce que cela représentait pour elle qui n'avait jamais su réellement se conformer au carcan qui lui était échu de par son rang et son genre.

Perdue dans ses pensées, elle revoyait certains visages, dansant devant ses yeux issus d'un temps depuis bien longtemps révolu. La nostalgie la gagnait une fois de plus. Elle savait bien que c'était futile et idiot de se complaire dans ce genre de réflexions mais dans de tels moments, où la pesanteur de la solitude se rappelait à elle c'était son échappatoire. Elle aurait pu attendre que le sommeil vienne enfin la trouver mais rester allongée sans rien faire l'enrageait plus qu'autre chose car même si elle était d'une patience sans borne pour certaines choses, là elle pouvait rapidement se retrouver frustrée. Alors la lecture lui était parue être une bonne idée mais ces vers lui rappelait tout un tas de souvenirs et il n'en fallait pas plus ce soir pour que cela suffise à la conduire à cet état contemplatif. Elle n'aurait su dire quelle heure il était mais quelle importance cela avait-il au fond puisque ces errances nocturnes ne venaient troubler personne en ces murs. Alors après un moment passé perdue dans ses pensées, le regard dans le vide, elle revint à la réalité, déposant les feuillets sur la table à côté d'elle, prenant le chemin de la cuisine afin de prendre un verre d'eau. Mais en chemin, elle aperçu une silhouette dans la pénombre des couloirs au dehors. Se rapprochant de la fenêtre, ses yeux s'accoutumant à l'obscurité elle reconnu la personne à qui appartenait cette ombre. Même sans ses habits d’apparat et dissimulé par une cape, elle pouvait le reconnaître entre tous. Comment, elle ne saurait le dire mais elle savait qu'il s'agissait bel et bien de Durin. Mais avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, il s'éclipsait déjà et elle savait où ses pais le conduirait.

Hésitant un moment, elle se demandait s'il était judicieux d'aller le rejoindre sachant que lorsqu'il se rendait aux forges, c'était qu'il cherchait à s'évader de son rôle de souverain et qu'il préférait alors le silence et la tranquillité que lui procurait l'endroit mais elle se doutait aussi qu'il s'y rendait pour se vider l'esprit alors elle se décida, attrapant un châle qu'elle passa sur ses épaules et à son tour, elle descendait jusqu'au tréfonds de la montagne pour se rendre sans bruit jusqu'aux forges. L'endroit brillait toujours de cette lumière si particulière qui s'échappait des lieux et qui procurait cette sensation de chaleur douce et rassurante et ce même en pleine nuit. Pas surprenant que le nain aime cet endroit. Elle l'observait un moment, tapie dans le noir et pensive. Il était concentré sur ce qu'il faisait et à le voir ainsi, on pouvait aisément penser qu'il n'y avait rien de plus facile que de modeler l'acier à sa guise tant l'exercice semblait lui venait naturellement mais elle savait qu'il y avait des heures et des heures de travail derrière les apparences et son entêtement se retrouvait aussi dans cet art. Atteindre la perfection même si cela devait prendre plusieurs tentatives. Mais parfois la perfection n'était pas le but ultime... S'avançant vers lui sans un bruit, elle le laissa prendre conscience de sa présence, le fixant sans rien dire alors qu'il arrêtait son marteau en plein air en la voyant. « Tout comme on pourrait le supposer à ton sujet. » fit-elle remarquer à sa réponse. Qui pouvait penser trouver le roi des nains à cette heure à la forge alors qu'il était censé se reposer dans ses appartements ? Le voyant regarder autour d'eux, elle se doutait qu'il s'attendait à voir arriver les gardes mais elle n'était pas idiote, s'il venait ici c'était pour leur échapper et elle n'allait pas les rameuter là sachant ça. « Nous savons tous les deux que si tu te trouves ici en plein milieu de la nuit c'est pour être seul alors non, je ne les ai pas prévenu. » répondit-elle calmement, joignant les mains devant elle. « Quelque chose te travaille. » Ça n'était pas une question mais une affirmation. Elle connaissait le nain par coeur même si elle ne l'avouerait pas et à le voir ainsi, elle se doutait que quelque chose le troublait ou il ne se trouverait pas là à cet instant précis et elle proposait une oreille attentive pour qu'il puisse vider son sac sans craintes d'être jugé, chose qu'en tant que roi, il ne pouvait pas se permettre devant d'autre et elle en était consciente mais vu leurs rapports ces derniers temps, elle savait aussi qu'il était peu probable qu'il se confie à elle mais ça ne l'empêcherait pas d'essayer au moins.
made by roller coaster


─ Through crimson and silent stars ─
❝ we all change when you think about it. we're all different people, all through our lives and that's okay, that's good. you've gotta keep moving so as long as you remember all the people that you used to be. ❞ ADENORA
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t86-throrilin-duraz-dro
Infos de base
♦ Visage : Richard Armitage
♦ Messages : 91
♦ Date d'inscription : 24/04/2013
♦ Localisation : Erebor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Asks me to wait for you and I will • Adenora Dim 6 Sep - 21:24

Asks me to wait for you and I will

I have a place I can call my own that's where i gotil the night is gone a travel my mind and into my heart nobody knows when I go that far

La perfection est vaine à chercher, même les elfes ne font que la frôler. Le monde ne serait-il pas triste, si tout était réellement parfait. Qu’est-ce que la perfection sinon une notion différente pour chaque être vivant en ce bas monde ? Le nain l’avait bien compris le jour où il y avait réfléchit durant ses heures d’études. Son père, son grand-père, chacun d’eux demandait l’excellence, une autre forme au fond de la perfection et aucun ne voulait la même chose. Dès lors, Durìn s’était mis en quête de conquérir sa propre perfection selon ses propres critères, sans jamais les imposés à personne, pas même à son fils adoptif. De lui, il exigeait seulement d’être respectable et respectueux, d’être un élève assidu et d’avoir une vie qui lui serait agréable. La quête que Kazadran menait pour rendre son père fier de lui n’était pas selon des critères que le roi lui avait imposé, mais bien de lui-même. Peut-être était-ce réellement un problème également de s’imposer un seul de perfection à atteindre, après tout n’était-ce donc pas cela qui à ce jour rongeait les entrailles du souverain sous la Montagne ? N’était-ce pas cela qui avait fait que tout lui avait échappé des mains alors qu’il n’avait qu’à le saisir ? Il se souvenait encore des paroles de son père lorsque ce dernier l’avait forcé à parler de sa façon d’agir déplacer avec Adenora. Forcé de tout déballer, le souverain de l’époque avait dit à son fils : « Un roi prend ce qu’il souhaite… demande et je ferais en sorte que. » Oui, il le savait, il l’avait toujours su. Il n’avait qu’à dire un mot, formuler une demande et tout ce qu’il voulait il l’obtenait, mais Durín s’y était toujours refuser. Dans sa quête de perfection, il se forçait à ne rien obtenir qu’il ne méritait pas, sauf le titre de roi contre lequel il ne pouvait rien. Il était né avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête et elle s’était planté entre ses épaules à la seconde où une lame ennemie avait plongé dans le thorax de son géniteur. Alors, imaginez-le seulement en train d’exiger de son père qu’il rompe les fiançailles d’Adenora à son propre profit. À ses yeux, il avait eu sa chance, il n’avait pas su la saisir et il devait l’accepter, même s’il avait du mal. Et puis… il y eu ce jour où tout à basculer, où il avait promis des choses qu’il n’avait encore tenu. On promet souvent aux morts, mais on a souvent du mal à tenir promesse. Dans sa quête de perfection, Durín se jugeait responsable de la mort de son ami et futur beau-frère, mais également de l’autre nain, bien que ce dernier ne fasse nullement partie de sa garde ou de ses compagnons. Mais, un véritable ami n’aurait-il pas fait de son mieux pour protéger l’avenir de son amie ? Trop de question qui le taraudait encore aujourd’hui et dont il n’avait pas réellement le temps de mettre au net dans sa tête.

Durín fuyait oui, c’était le cas de le dire. Depuis cinq années désormais, il fuyait tout. Il fuyait parfois le regard inquisiteur de sa sœur qui ne cherchait pourtant qu’à l’aider, mais qui ne faisait que lui rappeler la honte pesant sur lui. Il fuyait Adenora, principale intéressée par la promesse faites à Darin sur son lit de mort et son regard qui en sait toujours trop sur lui. Il fuyait parfois ses responsabilités de rois, comme ce soir où au lieu de se tenir sagement dans sa chambre et lit, il était là à la forge à chercher le réconfort d’une amie invisible. La seule personne qu’il ne fuyait pas c’était Kazadran et son affection filiale qu’il cherchait à maintenir coûte que coûte. Car les enfants grandissent et s’éloignent de leurs parents un jour et quelque part un peu égoïstement, Durín voulait encore pouvoir panser les plaies d’entraînement de l’enfant qu’il avait élevé et aimé depuis le jour où il avait posé les yeux sur lui. Le roi fuyait ce que beaucoup pouvait trouver étrange lorsqu’on sait de quelle bravoure il est capable sur le champs de bataille ou devant des situations extrêmes, comme celle de tenir à bras le corps une alliance sur le point de s’effondrer. Le problème revenait toujours au même endroit, cette incapacité quasi-totale d’exprimer clairement des sentiments ou un ressentit. Cette crainte de ne jamais trouvé également une réaction réelle face à cela, de ne trouver personne pour lui dire ce qu’il devait entendre et pas ce qu’il voulait entendre. Enfin, il ne supportait guère d’être le centre d’attention et pourtant il l’était depuis sa naissance, mais ce n’est pas parce qu’on le vit toute sa vie que cela nous plait forcément. Enfin et pour finir, comment pouvait-il encore prétendre être aimer de la naine après ce qu’il avait fait ou non fait ? Que ce soit de ne pas l’avoir demandée plus tôt, d’avoir mal dissimulé une jalousie évidente, avoir promis de l’épouser à un frère mourant ou encore de ne pas avoir sauvé celui à qui elle était initialement promise et même avoir un instant entrevu la possibilité d’exiger d’elle par son père qu’elle devienne sa femme ? Tout cette pression –inutile sans aucun doute, je n’en disconviens pas- avait fait qu’à l’heure actuelle la relation pourtant amicale avec Adenora s’était détériorée au point où il n’y avait plus entre eux qu’un maigre semblant de communication et de conversation. Il en venait parfois à se demander comment il en était arrivé là, comment il était tombé si bas.

Pourtant, Adenora était encore là, visiblement pas encore totalement rebutée par la façon d’agir de son souverain et ancien ami proche. Il n’aimait pas vraiment lorsqu’elle le fixait ainsi, cela créait en lui un puissant malaise, comme si la naine était capable de lire en lui comme dans un livre ouvert et ses paroles n’arrangeait rien à cette sensation. Il accordait aisément qu’il trompait son monde à cette heure de la nuit à avoir largué ses gardes sans remords, ni regrets et en étant désormais en train d’œuvrer pour confectionner quelque objet qui lui passait actuellement par la tête. Cependant, il était gré à la noble dame de ne pas avoir donné l’alerte quant à sa disparition, mais fort était à parié que lorsqu’il rentrerait et prendrait ses hommes de court que cela ne passerait pas franchement bien aux yeux de son conseils qui se chargerait de lui rappeler qu’un souverain se doit d’avoir une escorte. « Peu de gens aurait la délicatesse de comprendre cela en ce bas monde, Adenora et ça nous le savons aussi tous les deux. » Dans ces gens compterait sans aucun doute sa propre sœur, qui ne penserait sans aucun doute pas mal en agissant de la sorte, mais le résultat aurait été le même. Quant à son fils, encore une fois, il aurait sans doute la même délicatesse qu’Adenora, car même s’ils ne partagent pas le sang, ils ont plus en commun que bien des gens veulent l’admettre. Pour ainsi dire, il se méfiait de bien des choses désormais, acceptait volontiers d’être escorté, mais il y a toujours un moment où cela fini par peser et vous étouffer. Le ton utilisé par Adenora pour lui signifier qu’elle savait qu’il était travaillé par des choses néfastes le fit rire. Pas aux éclats,  pas à gorge déployer ou de manière déplacée. Non, il s’agissait d’un rire mal à l’aise et sarcastique. « Parfois, j’aimerais que tu sois un peu moins apte à lire en moi comme dans un livre ouvert. » Le nain aux cheveux noir remit le métal dans la fournaise et s’appuya ensuite contre la massive enclume de son espace de travail. « Ne fais-je donc pas partie de ces gens dont l’esprit n’est jamais au repos ? Ne suis-je donc pas le père de toute une nation, harassé par des décisions, des tâches et des réflexions importantes ? Qu’il y a-t-il donc de plus normal pour moi que d’être travaillé par quelque chose ? » Une fois le précieux métal chauffé de façon souhaité, il lui fit quitté le feu et se mit à le travailler rudement, parlant à la naine entre chaque coup de marteau. « J’ai espéré que l’échéance serait reportée, mais un jour il faut bien que le fils succède au père. Cette tâche, je ne l’ai pas choisi, elle me pèse chaque jour un peu plus. Cependant, une chose me harasse d’avantage depuis quelques temps. » Une fois de plus, l’alliage difforme retourna dans l’âtre brûlant et Durín essuya son front ruisselant de sueur avec son avant-bras. « La guerre est à notre porte, c’est une chose, mais la lignée n’a aucun héritier. Je n’ose ordonner de prendre époux et je n’ose moi prendre épouse. Alors, que dois-je faire… Tout ça me dépasse totalement. Ma sœur n’a pas fini son deuil, je n’ai pas fini le mien… ton frère n’était peut-être pas de mon sang, ni de ma famille, mais je l’aimais comme tel.»

made by roller coaster


Revenir en haut Aller en bas
avatar
NeutreNeutre
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t975-unbent-unbowed-unb
Infos de base
♦ Visage : Lena Headey
♦ Messages : 31
♦ Date d'inscription : 01/09/2015
♦ Localisation : Erebor.
Emploi/loisirs : pratique parfois la vannerie, touche un peu à la botanique et s'adonne à l'archerie.
Fiche RPG

Message Sujet: Re: Asks me to wait for you and I will • Adenora Sam 12 Sep - 18:57

Asks me to wait for you and I will

I have a place I can call my own that's where i go 'til the night is gone a travel my mind and into my heart nobody knows when I go that far

Adenora n'avait que faire de la perfection. Surtout lorsque cela la concernait elle. Depuis sa plus tendre enfance elle n'avait eut de cesse de détester cette notion qu'on voulait lui imposer parce qu'elle était née dans une famille noble. Non, clairement, la perfection n'était pas faite pour elle, sa soeur l'incarnait bien mieux à son sens. Jamais un mot plus haut que l'autre, toujours serviable et droite, toujours à sa place. Parfois encore la naine se demandait si elles avaient bien les mêmes parents tant elles semblaient être différentes mais bien sûr elle admirait malgré tout sa soeur. Précisément peut-être parce qu'elle était ce qu'elle ne parvenait pas à être. Mais elle ne voulait pas changer pour autant et c'était bien là le problème bien entendu. Son caractère était ce qu'il était et pas même l'entêtement de sa mère n'avait réussi à la faire céder. Un point commun que les deux femmes avaient de c point de vue là mais qui n'aidait pas forcément comme le temps allait le prouver. Et c'est bien pour cela que la perfection ne pouvait que se manifester dans certains objets et encore, cela ne restait là aussi qu'illusion. Le sujet pouvait être source de tellement de discussions philosophiques à vrai dire... Il n'est cependant pas celui qui nous intéresse ici alors laissons-le de côté pour cette fois. La naine était seule avec ses pensées en cette nuit comme chaque nuit depuis la mort de son fiancé et le sommeil ne la trouvait pas pour diverses raisons. Il ne semblait cependant pas qu'elle soit la seule dans ce cas puisqu'elle aperçu une ombre au dehors qui se rendait aux forges et il était évident pour elle que l'identité de cette ombre lui était connue. Après réflexion, elle se retrouvait à suivre sa trace jusqu'aux profondeurs de la montagne où il s'était réfugié.

Car elle se doutait bien de la raison pour laquelle il se retrouvait là à cette heure et sans sa garde. Ils étaient peut-être en froid ces derniers temps mais elle connaissait le nain aussi bien que la propre soeur de ce dernier, voir peut-être même plus même si elle ne le formulerait jamais à voix haute devant témoin. Elle savait qu'il venait ici quand il avait besoin de ne penser à rien et avec tout ce qui se passait dans le royaume et en Terre du Milieu, elle se doutait qu'il y avait matière à avoir envie de tout oublier l'espace d'un moment, loin de se douter que la promesse qu'il avait faite à son frère sur le champ de bataille avant sa mort ne le travaillait de la sorte pour couronner le tout. Qu'aurait-elle dit et penser s'il lui en avait fait part ? Elle savait bien sûr que Darin avait connaissance de ses sentiments envers lui, tout comme l'inverse était également vrai mais de là à penser que son dernier voeux avant de quitter ce monde fut à son sujet plutôt qu'à celui de sa propre fiancée. Elle l'aurait sûrement réprimandé d'une telle chose même si le geste était bien digne de lui et de son attachement à sa cadette. Il voulait la voir heureuse bien sûr et elle ne demandait pas mieux mais quelque chose semblait toujours se mettre entre le nain et elle, que cela soit le hasard ou leur propre entêtement. Mais cela ne l'empêchait pas de toujours le porter dans son coeur et ce malgré le comportement distant qu'il avait envers elle. Elle voulait simplement lui offrir l'occasion de s'exprimer sans avoir à craindre quoi que ce soit pour un nain dans sa position. Parce qu'avec elle il n'avait pas besoin d'être le roi. Car tout roi qu'il était, il n'en restait pas moins ce nain qu'elle avait toujours connu et qui ferait toujours partie de sa vie même si elle ne pouvait partager la sienne. Et à le voir travailler le fer de cette façon, elle savait bien qu'il avait besoin de se défaire de ce fardeau qui lui pesait sur les épaules depuis sa venue au monde. En ça, ils avaient encore un point commun: une position acquise par la naissance dont ils ne voulaient pas mais qu'ils devaient accepter malgré tout et à leur corps défendant. Pas surprenant alors qu'elle semble lire en lui comme un livre ouvert.

Elle le laissait donc prendre conscience de sa présence par lui-même et ceci fait, elle s'empressait de répondre à son commentaire. Elle aurait très bien pu appeler la garde mais le connaissant, il aurait trouvé un moyen de venir ici malgré tout et il avait besoin d'être seul avec lui-même car ne nous y méprenons pas, un roi n'est jamais vraiment seul du moment de son lever jusqu'à ce que vienne le crépuscule. « Quelle chance en ce cas que je ne sois pas de ces derniers. » répliqua-t-elle simplement avant de parler à nouveau pour lui dire qu'elle savait que quelque chose le travaillait, sans cela il ne se trouverait pas ici à cet instant précis. Mais ce n'était pas une question qu'elle formulait et il ne le nia pas quand il repris la parole d'ailleurs, sachant que nier n'aiderait pas sa cause. « Certains chapitres restent pourtant toujours hors de ma portée. » rétorqua-t-elle à sa remarque avant de le laisser parler à nouveau. Il lui apportait une réponse tout à fait logique, elle ne pouvait dire le contraire. Il avait à se soucier de tellement de choses qu'il était difficile voir impossible pour lui de ne pas avoir de quoi se soucier mais elle savait aussi que tout ça n'était pas ce qui le travaillait le plus au point de l'empêcher de trouver le sommeil, même si cela sonnait égoïste et déplacé de la part d'un roi. Son regard lui fit bien comprendre qu'elle ne se contentait pas de cette réponse. L'observant marteler l'acier pendant qu'il parlait à nouveau, cette fois elle arborait une mine moins sceptique. Elle avait vu juste. Pas que cela l'étonne mais elle ne s'attendait pas à ce que ce qui le travail autant soit le sujet de la descendance. Kazadran était certes le fils d'un autre mais elle ne doutait pas que si jamais le pire devait arriver, le peuple soit contre le fait qu'il monte sur le trône pour prendre sa suite. Le jeune nain était un garçon intelligent et valeureux et il était fait pour mener les autres comme son père d'adoption. Et à mesure qu'il s'épanchait, elle se disait que peut-être elle aurait du rester chez elle car ce sujet là était toujours un peu douloureux pour elle, non sans raisons. « Je ne suis sans doute pas la mieux placée pour discuter conseils matrimoniaux avec toi mais je sais que Darin était pour toi un frère, je n'en ai jamais douté. » dit-elle dans un premier temps. « Tu es le roi, tes sujets attendent de toi ce que tout peuple attend de son souverain c'est vrai mais même si tu te dois de leur être dévoué, tu n'en reste pas moins un nain toi aussi. Alors je ne vois que deux choses possibles pour solutionner ce qui semble être ton problème: te forcer à faire ce qu'on attend de toi tout en sachant ce que cela voudra dire ou prendre le parti de rester fidèle à toi même et changer la loi et faire de Kazadran ton successeur. Le pouvoir est tien, tu peux donc le plier à ta volonté. Le peuple sait bien toute l'affection que tu lui portes. » ajouta-t-elle calmement. De toute façon, vu les circonstances, pouvaient-ils encore réellement se permettre d’exiger un lien de sang pour légitimer le trône quand ce dernier était répandu à tous bouts de champs en Terre du Milieu en cette époque ?

made by roller coaster


─ Through crimson and silent stars ─
❝ we all change when you think about it. we're all different people, all through our lives and that's okay, that's good. you've gotta keep moving so as long as you remember all the people that you used to be. ❞ ADENORA
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t86-throrilin-duraz-dro
Infos de base
♦ Visage : Richard Armitage
♦ Messages : 91
♦ Date d'inscription : 24/04/2013
♦ Localisation : Erebor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Asks me to wait for you and I will • Adenora Mar 15 Déc - 10:44

Asks me to wait for you and I will

I have a place I can call my own that's where i gotil the night is gone a travel my mind and into my heart nobody knows when I go that far

À la réflexion de la naine mettant en lumière que certains chapitres du livre qu’il représentait lui était encore inconnu, le roi sous la Montagne se mit à sourire. Un sourire des plus énigmatiques, mais trahissant le fait qu’il en était quelque part bien heureux. Ce n’est guère chose aisée que de garder une part de mystère lorsqu’on est un nain de noble lignage, encore d’avantage lorsque l’on est roi. Que même la naine qui devait être l’une des rares personnes à si bien le connaitre ne sache pas tout le rassurait d’une part et de l’autre, il sentait également le poids de la culpabilité s’écraser contre ses épaules et son dos, faisant peser tout son poids sur lui. Certains passages de ses pages gardées sous silence devraient, sans aucun doute, lui être dévoilé et pourtant, il se terrait encore dans sa tanière comme un animal blessé. Néanmoins, il les avait longuement soignées ces plaies, mais certaines tendaient à rester ouvertes ou à se rouvrir lorsqu’il ne fallait pas. C’est évidemment le propre de la culpabilité et de la honte, de vous laisser en paix et puis de revenir aux moments inopportuns. Enfin, sa raison lui indiquait souvent de se taire pour telle ou telle chose, de garder pour lui certaines informations. Sans doute à tord, mais on ne change pas un nain de son âge, on ne peut de toute façon pas changer l’inconscient, on le subit. Durìn posa son marteau sur l’établi et balança sans effort le métal de nouveau au feu. S’emparant d’un chiffon qui trainait encore là, il s’essuya méthodiquement les doigts. « Ce qui de mon point de vue est tout à fait souhaitable. Il est des choses qui ne sont pas à dire et d’autres qui le seront en temps et en heure. Des choses que je n’ai pas encore su digérer moi-même, alors pourquoi empoisonner les autres avec cette bile amère ? » Non, jamais il n’avait réussi à se remettre de la mort de son père, en même temps qui le serait après avoir vu son paternel se faire transpercer sur un champs de bataille, il ne digérait pas encore d’être si jeune sur le trône, mais il le cachait admirablement bien. Le masque qu’il avait forgé au cours du siècle qu’il avait vécu semblait inébranlable tant qu’il était accompagné et fondait irrémédiablement une fois qu’il se retrouvait seul, souvent au plus noir de la nuit. « D’autant plus que tu le sais, je ne suis pas nain à savoir être aimable lorsque je n’ai pas ruminer quelque chose suffisamment longtemps pour m’en faire une raison. Le temps est une chose tellement volatile après tout, subjective même quand on y repense. »

Le souverain avait mis sur le tapis de la conversation un gros morceau, c’était le moins que l’on puisse dire. Dès que son père eu compris le mal amoureux dont il souffrait, il n’avait jamais remis le sujet sur la table. À croire que lui-même n’aurait pas voulu que son propre père le force dans ce genre de chose. Il ne s’était jamais réellement questionner sur la manière dont son géniteur avait contracter son mariage, quelle relation amoureuse il entretenait avec son épouse. Certes, il avait vu une certaine tendresse dans les yeux de l’un et de l’autres lorsqu’ils se retrouvaient tous ensemble le soir venu, mais jamais il n’avait clairement oser poser la question. Peut-être que ceci était venu avec l’habitude, peut-être que Naìn avait réellement aimé son épouse, mais c’était désormais quelque chose que Durìn ne pourrait jamais affirmer avec certitude. Sans doute Kirîs en savait-elle plus, même s’il aurait fallu être aveugle pour ne pas lire le chagrin de leur père le jour de la mort de sa femme. Bref, ceci n’est pas la question, mais il est alors plus aisé de comprendre pourquoi le nain n’avait pas spécialement le mariage en tête, ni la volonté d’imposer à sa sœur de se trouver un nouveau fiancé et de contracter enfin, le mariage auquel elle aspire depuis sa tendre enfance. La possibilité que son fils soit légitimé fit alors surface dans les propos d’Adenora et ce serait mentir que de dire qu’il ne s’y attendait pas, bien au contraire. Lui-même y avait déjà penser, il avait même mis le sujet sur la table entre quatre yeux avec son fils, mais le résultat avait bien été celui qu’il avait escompter et ce outre le fait qu’il avait juré sur l’honneur que jamais l’enfant adopté ne montrait sur le trône. « Mais, il ne veut pas. L’idée m’était venue également et ce malgré que j’aurais dû bafoué mon honneur en rompant la promesse faite à mon grand-père et à mon père. Je lui ai même proposer de n’occuper ce rôle que dans l’attente d’un héritier légitime. Je ne vais pas forcé mon fils à faire quelque chose qui lui déplait, pas plus que je ne peux forcé ma sœur n’est-il pas ? Oh bien sûr que je pourrais. C’est un de mes privilèges, mais quel roi, quel frère, quel père serais-je si je devais les obliger à faire ce qu’ils ne veulent pas ? Je ne saurais pas plus te forcer à faire toi, ce que tu ne désires pas… » Durìn reprit le fer au feu et le reposa sur l’enclume avant de reprendre le marteau. « Il a de qui tenir, même s’il n’est pas de mon sang, on ne peut nier qui l’a élever. La seule chose que Kazadran veuille c’est la reconnaissance en lui confiant un poste militaire important et il l’aura. Alors, je pourrais en effet marchander cela, mais pourquoi dis-moi ? Le blesser ? Me le mettre à dos comme autrefois ? Bien que je n’ai rien fait pour susciter son animosité cette fois-là. J’ai failli le perdre une fois, Adenora, je ne risquerais pas de le perdre une seconde fois. J’ai beau être rôder à force de perdre les gens que j’aime, mais il est désormais tout ce qui me reste et il a plus de valeur à mes yeux que tous l’or d’Erebor. » Finalement, la situation lui en était à ce point insupportable, qu’elle l’énervait même au plus haut point. En un quart de seconde, le marteau qu’il tenait encore dans la main droit vola pour percuter l’un des fours actif en émettant un bruit sourd, qui se répercuta longuement dans l’écho de la Montage solitaire. Les poings serrés, le roi nain se laissa tombé assis sur le tabouret et s’empara à main nue du métal encore chaud, mais sans ressentir de brulures, ses mains étant cuites à force de travailler ici. « Tout ça pour en venir à la conclusion que je n’ai pas vraiment le choix. Faire souffrir les gens ou espérer que tout n’est pas encore totalement perdu. » Avec une dextérité sans faille, il fit tourné le métal sur lui-même en une torsade parfaite. « Et comme je refuse de faire souffrir ceux qui me sont cher, parce que je les ai déjà suffisamment fait souffrir comme ça, à me taire, à ne jamais parler et à me figer derrière mon attitude de rocher inébranlable. »


made by roller coaster


Revenir en haut Aller en bas
avatar
NeutreNeutre
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t975-unbent-unbowed-unb
Infos de base
♦ Visage : Lena Headey
♦ Messages : 31
♦ Date d'inscription : 01/09/2015
♦ Localisation : Erebor.
Emploi/loisirs : pratique parfois la vannerie, touche un peu à la botanique et s'adonne à l'archerie.
Fiche RPG

Message Sujet: Re: Asks me to wait for you and I will • Adenora Mar 26 Jan - 19:33

Asks me to wait for you and I will

I have a place I can call my own that's where i go 'til the night is gone a travel my mind and into my heart nobody knows when I go that far

Elle ne l'enviait pas. Il lui était même sans doute impossible de le faire elle qui avait toujours ressentit son ascendance comme un fardeau, parce que son nom l'attachait de force à une vie qui n'était pas la sienne, pas celle qu'elle voulait mais dont elle ne pouvait s'échapper malgré ses plus vives protestations et nombreux efforts tout au long de sa vie pour retarder l'inévitable. Alors s'imaginer une seconde à sa place... Mais pourtant elle essayait, parce qu'elle savait aussi qu'il devait ressentir la même chose. Se retrouver dans le trône alors que s'il avait son mot à dire, il troquerait sa place pour passer sa vie à sa forge, laissant les obligations de son sang à quiconque voudra réclamer le trône. Les postulants se faisaient rares en ces temps de guerre c'est certain, mais il y en aurait. Cependant elle savait en effet bien des choses à son sujet, y compris le fait qu'il était assez borné pour continuer afin d'honorer son père et sa lignée au prix de sa liberté et de son mental. Car bien qu'il ne soit pas le plus jovial des nains -cela se saurait depuis le temps-, Adenora connaissait cette part plus légère qu'il avait autrefois et qui semblait s'être éteinte à présent ou ne se manifester qu'en de rares occasions et elle le suspectait, sans le moindre témoin. Et c'est parce qu'elle savait que sans cette part de lui-même, il finirait par dépérir à petit feu qu'elle tentait de lui venir en aide, même si elle avait encore une fois, toutes les chances de se heurter à un mur, pour ne pas dire une montagne. « Parce qu'à vouloir préserver les autres c'est toi-même que tu mets en danger et que tu n'es pas censé déterminer en ton seul nom si une personne peut ou non supporter ces mêmes paroles. » répondit-elle en essayant de faire malgré tout passer son message. Certes, il pensait à bien en faisant cela, ça elle n'en doutait pas pas, mais il ne pouvait pas décider seul si oui ou non la personne en face était assez forte pour entendre tout ça. « Oh pas besoin de me le rappeler en effet mais tout relative qu'elle soit, c'est une question qu'il te faudra abordée que tu sois parvenu à ruminer ou non. Le monde extérieur n'a que faire de tout ça hélas. » rappela-t-elle en relevant le regard vers lui un instant avant de continuer leur conversation sur un sujet tout aussi épineux mais tout aussi important.

La question de la lignée, de l'héritier, de celui qui serait aux commandes s'il venait à disparaître. En temps normal, cette question ne se posait pas vraiment, car elle était quasi assurée sans problème mais évidemment avec Durin, elle restait en suspend et cela rendait un bon nombre de gens nerveux. Que deviendrait le royaume alors ? Qui prendrait sa place ? Pourquoi s'obstinait-il à rester célibataire ? Oui, à plus d'un titre, toutes ces préoccupations censées être privées devenaient forcément publiques parce qu'il était le roi et que sa vie ne lui appartenait plus à cause de cela. Mais puisqu'il avait aussi le pouvoir qui allait avec, il était en théorie en mesure de changer la donne, s'il le voulait. Bien sûr, elle n'était peut-être pas la plus objective sur le sujet, pour deux raisons principalement: elle ne pouvait parlé d'expérience sur le sujet et surtout parce qu'elle était bien trop impliquée personnellement même si elle n'était censée l'être. Bien sûr tout son discours tenait la route et elle-même adorait Kazadran comme un fils mais ils ne pouvaient pas rester dans une telle situation éternellement. Un jour ou l'autre il devrait faire un choix, qu'il vienne de lui-même ou qu'on lui impose. Elle ne laissa d'ailleurs pas voir la douleur que certaines de ses paroles lui infligèrent mais ça ne serait pas la première fois. « Serais-tu donc devenu un lâche ? Toi qui n'a peur de te lancer au combat lorsqu'il s'agit de défendre ton peuple mais qui fuit sa propre vie parce qu'il pense avoir fait trop de mal sans même en être certain ? Je sais que tu ne veux rien imposer à ton fils et je le comprends. On m'a toujours imposé d'être celle que je ne suis pas et ne serait sans doute jamais mais un jour ou l'autre il te faudra faire un choix. Avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête n'aide certainement pas à réfléchir mais tu sais bien que le temps presse. » répondit-elle en le regardant faire. « Alors peut-être qu'au lieu de penser à éviter de faire souffrir les gens auxquels tu tiens, tu devrais tout simplement le faire plutôt que de penser à la place des autres. » Oui, c'était un peu bas de sa part de tourner les choses ainsi mais peut-être qu'enfin il réagirait. Et qu'il était peut-être aussi temps pour elle de se faire à l'idée que même elle ne pouvait lui faire changer d'avis et qu'il serait temps de passer à autre chose même si en plusieurs décennies elle n'avait pu le faire... Maudite soit l'oppiniatreté des nains.
made by roller coaster


─ Through crimson and silent stars ─
❝ we all change when you think about it. we're all different people, all through our lives and that's okay, that's good. you've gotta keep moving so as long as you remember all the people that you used to be. ❞ ADENORA
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t86-throrilin-duraz-dro
Infos de base
♦ Visage : Richard Armitage
♦ Messages : 91
♦ Date d'inscription : 24/04/2013
♦ Localisation : Erebor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Asks me to wait for you and I will • Adenora Mar 8 Mar - 13:11

Asks me to wait for you and I will

I have a place I can call my own that's where i gotil the night is gone a travel my mind and into my heart nobody knows when I go that far

À vouloir protéger les autres, on se met irrémédiablement en danger, cela il le savait parfaitement. Sauf que dans son cas, il avait souvent une armée de soldat derrière lui pour prendre les coups fatals, enfin dans le cas d’un bataille bien sûr. Lorsqu’on parlait de raison, de sentiments et de responsabilités, c’était tout autre chose. Sur un champ de bataille, les soldats anticipent les mouvements ennemis, les gardes ceux de leur souverains, mais il n’est pas encore possible de lire dans l’esprit des gens, du moins pour la race naine. Difficile d’avoir de l’aide sans la demander dans ce cas. Orgueil ? Fierté ? Opiniâtreté ? Protection ? Ou tout à la fois. Durìn était bien incapable de dire clairement pourquoi il agissait de la sorte. La prophétie qui avait tiré son écho à travers toute sa vie avait peut-être elle aussi sa part de responsabilité après tout. N’était-il pas la réincarnation de leur Père à tous selon la croyance ? Du fait, le peuple n’attendaient-ils pas de sa part de ne montrer aucune sorte de faiblesse… Il n’avait jamais réellement creuser la possibilité que de manière inconsciente, la prophétie et son nom dirigent à ce point sa vie. Cela venait en fait de lui sauter à la gorge avec un sentiment d’une profonde incompréhension. Conditionné sans le savoir. Cependant, voici une chose qu’il risquait fort de garder à nouveau pour lui et après tout, cette fois il voulait surtout ne jamais en parler et encore moins y penser. Peut-être qu’avouer cela pourrait expliquer tout, mais ce serait sans aucun doute choisir la facilité et s’il est une chose que le nain ne sait pas choisir, c’est bien la facilité. Non pas qu’il ai un quelconque soucis avec les gens qui choisissent la facilité, il n’y arrivait tout simplement pas. Un total blocage vis-à-vis de cela, comme si la facilité ne pouvait rien amener de bon, comme si le fait que ce soit si facile cachait quelque chose de néfaste et le faisait simplement douter. Ce qui menait bien souvent la situation à s’envenimer bien entendu. Lorsque la naine blonde lui dit que le monde extérieur n’avait que faire de ses attentions de ruminations, il eu une réaction totalement spontanée, ce qui rendait la chose encore plus sincère. « Pour une fois, je n’ai cure du monde extérieur. » Il passait sa vie, son temps libre à penser pour le monde extérieur, à avoir une vie totalement en accord avec les principes du monde extérieur, alors oui, il en avait marre. D’autant plus qu’à partir du moment où, il n’avait pas réussi a digérer quelque chose, il était incapable de l’expliquer clairement et objectivement. Ceci dit, il était totalement conscient qu’il allait devoir finir par cracher le morceau.

La naine avait elle raison de le pousser dans ses retranchements ? Peut-être que oui, mais l’inverse pouvait aussi s’avérer exacte. Les colères du roi sous la Montagne étaient légendaire, de part leur rareté d’une part, mais également pour leur virulence, voir leur violence. Les personnes saines d’esprit priait pour ne jamais se retrouver face à lui dans ce genre de cas. Ceci dit, sans dire que la naine était inconsciente loin de là, Adenora n’avait jamais été le genre de femme à avoir peur de lui. Ce qui l’arrangeait parfois, mais dans ce cas-ci ça ne l’arrangeait pas réellement. « Il y a pour moi une grande différence entre se jeter dans le feu de l’action et dans la bataille mentale. Dans la première version, il faut avant tout du courage, dans l’autre du temps. Il faut d’un côté une confiance totale envers ses alliés, de l’autre en soi. Enfin, une bonne armure sera salvatrice dans la mêlé, mais de l’autre côté c’est une armure plus psychique qui sera utile. Bref, la bataille n’est pas la même et donc difficilement comparable. On réfléchit peu quand on est au milieu d’un charnier, à part à sauver sa peau et celle des autres. Les batailles psychologiques sont bien plus difficile et je ne peux pas excellé dans tout les domaines. Je ne suis pas Mahal. » Bien que certaines personnes devaient avoir une vision de lui pas tellement éloignée de ça. Il leva ses yeux d’un bleu profond vers la naine et soupira. « Dans ce cas, tu devrais être capable de comprendre que je ne veux pas imposer les choses, même si je le dois… et que je le ferais. » Il n’avait de toute façon pas le choix, que ce soit de s’imposer les choses à lui ou aux autres. C’était ce qu’on attendait de lui et cela le répugnait ça c’est une certitude. Être roi est autant un privilège qu’un véritable enfer. « Je nommerais ma sœur héritière du trône s’il m’arrive quelque chose. Elle en a les capacités, la force et j’ose espéré que cela pourra la sortir de son inactivité. En outre, elle a suivit l’éducation royale, ce que Kazadran n’a eu qu’à moitié, elle est bien mieux placée et formée pour me remplacer. Cependant… elle n’a pas d’héritier non plus… » Ce qui pouvait pleinement s’arranger après tout, elle avait encore la jeunesse, la beauté et son rang pour elle, il serait aisé qu’elle trouve un bon partit. Mais est-ce que Kiris accepterait de contracter un mariage alors que son aîné semblait totalement faire fit de cette facette de ses responsabilités ? Il se doutait bien que non et même s’il pourrait simplement se mettre sa sœur adorée à dos en lui imposant cela, il n’en avait aucune envie. Kazadran, Kiris et Adenora étaient ses biens les plus précieux – et oui, ça lui arracherait la gueule de l’avouer- il en avait déjà gravement blessé deux, autant ne pas s’annihiler totalement l’une de celle-ci. « Je lui demanderais de prendre époux et… je ferais de même. » Le fer avait refroidi et il soupira avant de le poser sur l’établi, sa décision était prise, le destin du roi allait se jouer très bientôt.

Quand au reste des paroles –quelques peu venimeuse pour le coup- de la nain, il haussa simplement les épaules avant de la regarder. « Que veux-tu que je te dise ? Que depuis cinq ans je suis incapable de me regarder dans un miroir sans voir en moi la personne qui n’a pas sû sauver son père ? Que je vois en moi le meurtrier de ton frère et de ton fiancé ? Est-ce que cela ne te blesse pas, Adenora ? Que depuis lors, je ne me sens pas le droit d’être un roi alors que je fus incapable de protéger les êtres qui vous étaient le plus cher à toi et ma sœur ? » Il se leva droit sur ses deux jambes, lancer dans ses révélations, il allait vider son sac jusqu’au dernier grain de riz. « Tu veux que je confesse avoir jurer à ton frère sur son lit de mort, en lui serrant la main, ne pouvant retenir mes larmes que j’allais m’occuper de ma sœur et lui laisser le temps de se remettre du deuil ? Seule promesse que j’ai réussi à tenir ceci dit ! Que je lui ai juré que je prendrais soin de toi et que je me déciderais enfin à te demander ta main ? Car oui, je le confesse, je n’ai jamais eu l’intention de me marié, parce que la seule naine que je voulais c’était toi ! Mais je suis arrivé trop tard… » Il appuya ses deux points sur le marbre de son établi, les épaules basse, l’échine courbé. « Et je t’ai perdu, parce que j’étais jaloux et qu’aveugler par cela j’ai tout fait pour t’éloigner de moi. Quand j’ai su que ton fiancé était mort, j’ai eu l’impression de l’avoir tuer moi-même, comme si ma haine pour lui m’avait forcé à ne pas prêter attention à lui. Ce qui est stupide, il ne faisait pas partie de mon régiment. Je t’ai éloigné, malgré moi, mais tu es toujours là… » Il releva les yeux vers elle. « Pourquoi, Adenora ? Je ne te mérite pas, que ce soit en tant qu’amie ou comme femme… Tu étais la seule chose qui m’importait et j’ai simplement tout fichu par terre… Tout l’or des sept royaumes des nains n’est rien pour moi, comparé à toi. »


made by roller coaster


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

Message Sujet: Re: Asks me to wait for you and I will • Adenora

Revenir en haut Aller en bas

Asks me to wait for you and I will • Adenora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» It's Gonna Be Legen..wait for it..Dairy ! (or not)
» Down there, you still wait for me ...
» ▪✻ i wait for light like water from the sky.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
So dark the con of man :: La Terre du MilieuTitre :: Le Rhovanion :: Erebor-