RSS
RSS




Partagez|

Ayzebel ♠ I'm poison, running through your veins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Charmeuse de SerpentsCharmeuse de Serpents
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t926-ayzebel-i-m-pois
Infos de base
♦ Visage : Indira Varma
♦ Messages : 98
♦ Date d'inscription : 16/08/2015
♦ Localisation : Gondor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Ayzebel ♠ I'm poison, running through your veins Dim 16 Aoû - 22:34


   

   
Ayzebel Cercina

   
feat. Indira Varma

               

   
© Ivy Tyler & Tumblr
37 ans • Leader des Sand's Snakes • Fiancée • Rebelles

   
Raconter une anecdote, un tic ou une habitude votre personnage. Ayzebel est mère de 3 fils et une fille. Sous ses airs de séduisante femme se cache une redoutable prédatrice. Elle est toujours à l'affût de nouvelles concernant le roi sorcier-noir. Elle a connu le véritable amour, il fût le père de ses enfants, son époux défunt, elle ne digère pas sa mort et est prête à le venger. Manipulatrice, menteuse, elle se met souvent en danger dans l'espoir d'un jour se venger, de venger la mort de son âme-soeur, même si cela veut dire feindre d'être éprise de l'homme ayant tué son mari et y être fiancée. Après avoir montré sa fidélité à toute épreuve au clan des Sand's Snake, les rebelles d'Harad, elle en devient la leader. Pour poursuivre son idée de vengeance, elle est allée jusqu'à s'exiler au Gondor puis au Rohan avec Maharbal Targon. Il ignore sa nature rebelle, ce qui est un énorme avantage, l'épousant, elle peut voir de plus près les plans de Namoth, quand bien même elle y risque sa propre vie et peut se faire trancher la gorge au premier faux pas. Elle n'est plus vraiment elle-même depuis la mort de son époux. Elle possède un fort caractère, ce qui lui permet de tenir depuis la perte de son mari, ce fort caractère lui vaut de se faire appeler le Cobra : car il n'est pas rare qu'elle morde après avoir montrer ses beaux atours.
               
   


   
Derrière le pc

               
Ivy Tyler, même que Glorfifi  gangnam
   


   
Code:
INDIRA VARMA [color=#990000]♦[/color] [i]Ayzebel Cercina[/i]
   
code (c) Auril sur base de crackle bones

   


Dernière édition par Ayzebel Cercina le Dim 16 Aoû - 22:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charmeuse de SerpentsCharmeuse de Serpents
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t926-ayzebel-i-m-pois
Infos de base
♦ Visage : Indira Varma
♦ Messages : 98
♦ Date d'inscription : 16/08/2015
♦ Localisation : Gondor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Ayzebel ♠ I'm poison, running through your veins Dim 16 Aoû - 22:34




   
Histoire
Il y a de ces personnes qui naissent dans l'opulence, une cuillère d'argent dans la bouche, et d'autres qui naissent dans la boue. Ayzebel, elle, est née dans une famille marchande. Elle ne fût pas prédestinée à être une grande dame avec un grand nom, elle ne fût pas éduquée dans l'idée qu'un jour elle conquerrait le monde.

Ayzebel était déjà une belle enfant qui aimait courir dans le sable fin et porter des tenus légères lui permettant de plus ample mouvement. Jeune, elle ne se souciait pas d'avoir un jour des enfants ou un époux. Elle suivrait le cours des choses. Une enfant espiègle, une enfant joueuse, taquine. Elle séduisait déjà tout le monde avec ses pommettes saillante et ses boucles noirs, avec ses grands yeux noirs et sa voix chantante. Être ainsi adorée par son entourage lui donnait une énorme confiance en elle et elle prit conscience déjà très jeune de sa beauté et de ce que cela lui apportait. Évidemment, jeune, elle pensait surtout aux sucreries qu'on lui donnait, aux jolies robes qu'on lui donnait et dans de rare cas des bijoux. Son père travaillait rudement pour subvenir aux besoins de sa famille mais grâce à tant d'efforts il gagna en réputation, tout d'abord dans tout Harad puis au Gondor. On lui avait dit un jour que sa fille unique aurait un bel avenir, qu'avec une si jolie frimousse, elle pourrait réussir à conquérir le cœur d'un homme riche, pourquoi pas un grand marchand, pourquoi pas un grand soldat qui ferait d'elle une femme fière et qui aurait un beau nom. L'idée qu'un jour Ayzebel épouse un grand soldat plaisait à son père, qu'un jour sa fille épouse un homme dont la force n'était plus à prouver, un homme qui ferait d'elle une femme bien habillée et bien protégée. Son père avait toujours admiré la force et le courage, il avait fait en sorte d'élever sa fille dans l'idée qu'elle n'était pas une femme faible, que les faibles ne survivaient pas en ce monde. Il eut raison de la guider vers cette voix, il s'en rendit compte à la prise de pouvoir de Namoth, que son père avait suivi, mais pas sa mère, si elle n'avait le choix que de suivre, en son cœur, elle restait distante, peu sûre de ce que Namoth aurait à apporter. Ayzebel ne se prononçait pas de trop vis-à-vis de lui. Elle se devait juste de reconnaître qu'elle vivait plus richement depuis que son père s'était allié à lui.

Adolescente, la demoiselle gagnait d'autant plus en beauté là où les jeunes femmes de son âge étaient marquées par la fatigue et les problèmes liés à la puberté. Elle vécut bien la sienne, surtout que la nature l'avait très bien gâtée. Sa peau était lisse, douce comme la soie, sa chevelure de jais lui arrivait à la taille, ses cils noirs étaient longs, son sourire en faisait craquer plus d'un. Elle gagnait d'autant plus confiance en elle et apprenait à soigner cette apparence. Elle comprenait alors autre chose, comment réellement obtenir ce qu'elle désirait. Son père reçut un nombre incalculable de demande de la main de sa fille mais il lui laissait le choix de son époux, quitte à blesser nombreux prétendants dans leur fierté. Ayzebel était une véritable beauté du Sud, Ayzebel était instruite en dépit de la situation de sa famille : elle savait compter et lire, elle savait tisser et chanter. Un homme se fit plus insistant que tous les autres. Il s'appelait Mahabarl Targon, il parlait bien, avait une bonne situation, mais quelque chose au fond d'elle l'empêchait d'accéder à ses requêtes. Elle refusait ses avances, à de nombreuses reprises.

Elle rencontrait un homme dans cette période. Il était beau, il était fort. C'était un soldat respecté, il maniait la lance et l'épée plus qu'il ne maniait les mots. Elle eût pour cet homme un véritable coup de foudre : elle lui accordait sa main peu de temps après, si elle aimait se faire courtiser, elle eut beaucoup de mal à résister à ses avances, au grand désespoir de tous les autres prétendants. Il lui prit son innocence après un beau mariage, se moquant bien de sa dote puisque lui ne désirait qu'une chose, l'avoir pour lui. Ils vécurent heureux, fou amoureux comme au premier jour, il lui fit 3 garçons et une fille. Même après 5, 6, 7, même après 10 ans, Ayzebel n'avait d'yeux que pour lui, ce beau guerrier. Chaque jours de leur mariage il la courtisait, lui apportait de quoi bien vivre, il fût aussi un bon père pour leurs enfants, elle lui avait accordé de lui laisser choisir le prénom de leur fille unique, il l'avait appelé comme sa mère, Senbi. Leur trois garçons étaient le copié-collé de leur père, des épaules carrées, ils grandissaient tout 3 très vite, apprenaient vite et étaient tout aussi tôt passionnés par les armes. Naïvement, Ayzebel pensait que Namoth et ses actions ne les atteindraient pas à Harad, il était loin.

Jusqu'au jour où un homme vint à sa porte. Il s'agissait de cet homme qui l'avait courtisé il y avait plus de dix ans, Mahabarl. Il avait cet air grave, elle avait de suite comprit : son homme était tombé. Ces dix dernières années, elle avait pensé être bénie par les Valars, elle avait pensé être, pourquoi pas, une de leur préférée au vue de tout ce qu'ils lui avaient donnés : la beauté, la culture, l'argent pour vivre humblement, 4 beaux enfants en pleine santé, un mari idéal qui l'aimait et qui revenait de chaque combats. Elle comprenait que son bonheur était brisé. Elle fondait en larmes : une chose jamais arrivée. Et ce beau et grand capitaine pleurait avec elle sa perte, ce grand guerrier tombé pour les protéger.

Mahabarl ne la lâchait pas. Il restait avec elle, alors que la perte de cet époux l'avait rendu malade, il l'avait soutenue dans son deuil. Mais la seule fois où Mahabarl sortit de chez elle pour une mission, des rebelles s'étaient introduits. Ils avaient des nouvelles à lui apporter. De tout son deuil, Ayzebel s'était imaginée nombre de choses horrible de la façon de tomber de son époux, elle s'était à de nombreuses reprises imaginée le visage de l'assassin et avait rêvé de le retrouver et de le tuer. Elle s'était déjà imaginé que Mahabarl en serait la cause mais elle s'était dit que cela serait fort étrange et qu'elle délirait trop, cet homme avait beaucoup d'admiration pour elle et se trouvait être un soutien sans faille lorsqu'elle en avait le plus besoin. Mais ce jour où il s'était absenté et ces personnes introduites chez elle, elle apprit qu'elle n'était pas en pleine crise de paranoïa, Mahabarl et ses hommes avaient attaqués le groupe de son époux et Mahabarl lui-même l'avait tué. Elle tremblait de rage et à nouveau, elle pleurait. Mais de colère.

Les rebelles lui proposèrent quelque chose de rapide : le tuer. Au lieu de quoi, vindicative, blessée au plus profond de son cœur, elle se décidait à faire parti des rebelles. Elle comprenait leur démarche, apprenait à vivre dans leur clan en restant la plus discrète possible. Elle apprit les tours et détours, les mots à user, les mots à taire, à qui parler et qui ne pas parler. Elle apprit les noms des personnes contre eux, elle apprit les noms des personnes de leur côté. Elle apprit à se servir d'une arme et à connaître les poisons. Tout était parfaitement calculé. Elle comprenait que les valars lui avaient donnés toutes les cartes dès sa naissance, que c'était à elle de s'en servir et non pas à eux de la guider tout au long de sa vie, c'était à elle de faire sa propre vie, ils lui avaient déjà offert plus qu'à n'importe qui, elle s'en était persuadée.

Tellement prise dans son idée de venger son mari défunt, elle en négligeait ses enfants. C'est sa propre mère qui du s'en occuper pour s'assurer qu'ils mangent à leur faim, même Mahabarl se trouvait être meilleur pour eux, qu'elle. Elle ruminait, elle réfléchissait au meilleur moyen de venger son époux et servir à la fois la cause des rebelles.

Elle eut une idée. Sûrement pas l'une des meilleure qu'elle ait eu, sûrement l'une des plus dangereuse qui soit, même. Cette idée, elle était faite dans la durée. « La vengeance est un plat qui se mange froid » était devenu sa phrase moteur. Elle s'entraînait chaque jours durant 6 années. Elle s'entraînait et élevait, enfin, ses enfants. Elle s'était longtemps dit que depuis la mort de son époux, elle n'avait plus rien à perdre, chose fausse : elle avait ses enfants. Elle élevait ses enfants afin qu'à leur tour ils deviennent de brave guerriers et que sa petite Senbi soit un jour une vraie dame. C'était dur, dur de se dire que ses enfants étaient privés d'un père comme celui qu'ils avaient eu. Elle se refusait à dire son prénom, ses fils le connaissait bien mais sa fille n'entendit jamais sa mère prononcer son prénom. Il valait néanmoins mieux qu'elle soit ainsi qu'un légume, s'était-elle dit.

C'est donc au bout de 6 ans qu'elle devint la Leader des rebelles d'Harad, grâce à ses nombreux talents notamment son talent pour séduire les hommes et les tenir sous sa coupe. Et c'est donc au bout de ces six années qu'elle revit le beau capitaine. Elle vit son regard sur sa personne, ce regard émerveillé, époustouflé. À nouveau, il lui fit la cours, se surpassant en compliments et en cadeaux. Elle feignait d'être intéressée, y mettant tout son cœur, lui offrant en retour sourire et yeux doux. Il lui demandait sa main, et contre toute attente, elle acceptait. Il fut le premier surpris, mais agréablement surpris : la femme qu'il convoitait depuis presque 20 ans allait devenir son épouse. « Es-tu vraiment prête à l'épouser Ayzebel ? » s'était-elle demandé. Elle s'était regardé longuement dans un miroir, elle avait longuement regardé sa nouvelle bague. Il était clair que dans son cœur il n'y avait qu'un seul homme et elle était prête à le rejoindre dans l'au-delà. Elle espérait que les dieux la comprennent, comprennent ses décisions. Ça n'était finalement pas que pour venger son amour perdu mais pour aider un clan, d'autres clans. C'était aussi pour sauver la liberté. Épouser Mahabarl revenait à avoir directement des informations sur Namoth. « Es-tu vraiment prête à le laisser te toucher, t'embrasser, Ayzebel ? » une autre question qu'elle s'était souvent posée et à laquelle elle se répondait « puisqu'il le faut. ». Il avait beau être riche, fort, puissant, beau, rien de tout cela ne l'intéressait. Elle n'arrivait pas à ressentir autre chose que de la haine pour lui. Et malgré toute cette haine, elle arrivait encore à feindre des sourires, des yeux papillonnants, des mots doux, elle s'adaptait à lui et ses façons d'agir et réagir. Elle apprit beaucoup et partageait ses informations avec les autres clans rebelles. Elle le suivait au Gondor et à ce jour s'apprête à le suivre au Rohan. Il va de soit qu'elle ne se sépare jamais de ses enfants, forcés de la suivre dans leur péripéties. Ses liens avec ses enfants ne sont pas très fort, comme toute mère elle les aime et les protège, leur apprend ce qu'est la rude vie en Terre du Milieu de nos jours, ils ne savent même rien de son parti de Leader, mais elle a manqué beaucoup de choses dans leur éducation et dans les événements de leur vie, notamment lorsqu'elle était occupé à broyer du noir et préparer sa vengeance avec les autres rebelles. Ce sont des choses qu'elle ne rattrapera pas. Elle est d'autant plus perturbée que son plus vieux fils ressemble comme deux gouttes d'eau à son père à mesure qu'il grandit.

   
code (c) Auril sur base de crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Ayzebel ♠ I'm poison, running through your veins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lady Nym ♦ I'm poison, running through your veins.
» [-16 à cause de phrases pleines d'ambiguïté] "You're poison running through my veins, I don't wanna break these chains." || [Solo - Capture]
» Just feel it running through your veins
» Who is running Haiti for whom?
» 07. Girls running wild

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rise from the Darkness forum test :: Votre Laissez PasserTitre :: Bureau de Recrutement :: En Service-