RSS
RSS




Partagez|

“Trop d’intelligence tourne en folie.” Ø Eothain Dùndredson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Dustin Clare
♦ Messages : 3
♦ Date d'inscription : 16/12/2015
Fiche RPG

Message Sujet: “Trop d’intelligence tourne en folie.” Ø Eothain Dùndredson Mer 16 Déc - 18:07


   

   
Éothain Dùndredson

   
feat. Dustin Clare

               

   
© Red Pants
33 ans • Commandant des Rohirrims & Héritier légitime du Gouffre de Helm • Célibataire • Alliance

   
♦ Éothain est un bosseur, il ne ménage jamais ses efforts pour parvenir au but qu’il s’est fixé. Cependant, il n'a jamais eu pour ambition de devenir commandant de l'armée du Rohan au Rhovanion. Cette situation lui déplait autant que l'idée d'être le dernier descendant de la lignée du Gouffre de Helm.
♦ Le Rohirrim craint l’affection et surtout de s’engager à vie avec une femme respectable qui devrait subir les moqueries dû à sa naissance. Il fait d’ailleurs tout pour déplaire aux dames qui sembleraient éprouver quelques débuts d’affection pour lui.
♦ Il est l’un des plus fins cavalier de l'armée, un don qu’il hérita de son géniteur en plus de tout le reste. Il aime encore bien raillé ses camarades à ce sujet.
♦ Pendant un temps, Éothain quitta le Rohan pour le Rhûn. Là, il décida de tenter sa chance dans les arènes de combat. Il possède de nombreuses cicatrices qui lui rappellent cette époque pas si lointaine et l’appel du sang. Souvent, il ressent le besoin de retourner là-bas pour exercer à nouveau cet art du spectacle de la mise à mort, ainsi que le besoin de laisser s’exprimer sa rancune envers les médisants à travers son côté violent.
♦ C’est ce qu’on appelle communément une grande gueule -assurément, il ne sait pas la bouclée- et il a encore plus de mal à la fermer lorsqu’il est ivre, ce qui arrive fréquemment, car malgré sa carapace, Éothain est parfois encore blessé de ce qu’on dit de lui, surtout si cela vient d’une personne proche.
♦ Bon vivant, il aime arpenter les bordels des cités dans lesquelles il se rend. Pour ce qui est de ses partenaires de jeu, homme ou femme font l’affaire.
               
   
Derrière le pc

               
Retour en force du gros bourrin un peu crétin et surtout suicidaire! Telia me voilààààà!!!!
   


   
Code:
DUSTIN CLARE[color=#990000]♦[/color] [i]Eothain Dùndredson[/i]
   
code (c) Auril sur base de crackle bones

   


L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible


Dernière édition par Eothain Dùndredson le Mer 16 Déc - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Dustin Clare
♦ Messages : 3
♦ Date d'inscription : 16/12/2015
Fiche RPG

Message Sujet: Re: “Trop d’intelligence tourne en folie.” Ø Eothain Dùndredson Mer 16 Déc - 18:08




   
Histoire
Chapitre premier:

the bastard son

Tu n’étais rien de plus qu’une bouche supplémentaire à nourrir au sein de cette famille de simple gens du Gouffre de Helm. Pire encore, ta mère n’avait ni mari, ni fiancé lors de ta naissance, ainsi dès ce jour et probablement jusqu’à ta mort, tout le monde t’appelait : le bâtard. L’on ne pouvait se passer de la paie de ta mère travaillant aux cuisines du donjon. Alors, c’est avec toi chargé sur son dos, qu’elle s’en alla travailler quelques jours après sa délivrance. C’est probablement la vie que tu aurais dû mener jusqu’à la fin, une vie de servitude, sombre et désagréable, sans reconnaissance, mais la chance t’as souris et pris dans ses bras. Il posa les yeux sur toi, ce grand homme fier, ce seigneur au sommet de son art. Tu n’avais alors qu’un an à l’époque, mais dans ton regard il retrouva le sien et fit parler ta mère au sujet de ton géniteur. Ce fût aisé, elle n’avait pas connu d’autres hommes que lui. Il aurait pu te laisser dans cette sale cuisine à ton destin de bâtard et d’enfant du petit peuple, mais il fit tout l’inverse. Le lendemain de cette discussion, c’est avec tes maigres affaires que tu rejoins la grande porte de Fort le Cor et que ta mère plaça ta petite main dans celle de la femme qui serait désormais ta gouvernante. Les yeux pleins de larmes, tu regardais s'éloigner la femme qui t'avais donné la vie, ainsi que ton prénom et à qui dans les temps futurs tu donnerais peut-être des ordres. Les premiers temps furent difficiles, se retrouver entourer d'enfants que tu n'avais jusqu'alors vu que de loin gambadant dans les couloirs, tu devais désormais les considérer comme tes frères et soeurs. Le plus âgé avait trois de plus, la plus jeune quelques mois de moins. Les premiers jours, tu restais à l'écart, cherchant vainement à t'échapper de ta cage d'or pour retourner aux cuisines, tu pleurais seul la nuit dans le grand lit qu'on t'avait gracieusement attribué. La porte s'est entre ouverte, puis refermée, les draps ont bougé et une poigne forte enserra sa main et la voix familière du plus âgé se fit entendre pour te rassurer que tu n'étais pas tout seul. Depuis ce jour, Théodred est devenu réellement ton frère et un modèle.


Chapitre deuxième:

Blood & tears

Un modèle, mais peut-être pas toujours le bon, c'est ce que tu te disais parfois lorsque la voix tonitruante de Théotred raisonnait trop fort à tes oreilles après une série de bêtises commissent avec l'aide de Théodred et Fretta. C'est très souvent crasseux jusque dans la racine des cheveux que vous étiez tous congédié dans vos chambres respectives ou encore puni de devoir supplémentaire. Cependant, tu n'avais pas ton pareil pour échapper à la vigilance de tes geôliers et aider les autres à faire de même. Vous étiez lié comme les doigts de la main, mais cela ne dura que les trois premières années. Sur ce cours laps de temps, bien des choses arrivèrent. Le Rohan était sur le pied de guerre depuis maintes années, surtout après l'annonce de l'assassinat du roi du Gondor, mais rien ne laissait suggérer jusqu'alors que le pays des chevaux pourraient tomber. Fretta quitta ce monde à l'hiver 179 d'une mauvaise fièvre, laissant la famille en émoi et dans l'incertitude la plus totale. Enfin, les hordes de l'usurpateur vinrent frapper aux portes de la séculaire forteresse du Rohan qui résista contre vents et marées. Ce n'est que lorsque le seigneur ton père jugea que la cité tomberait bientôt qu'il vous fît évacué ton frère, ta belle-mère et toi par les montagnes. Jamais plus, tu ne devrais revoir ton géniteur et il te laissait seul avec la vieille harpie qui ne t'aimait pas. Vêtu pauvrement, allant à l'aveuglette dans les terres désolées et ravagées par la guerre, l'exil au Rohan dura quatre longues années. La gentillesse de ton demi-frère compensait les mauvais traitements de l'ancienne dame du Gouffre, qui t'employait désormais plus comme serf que fils. Jusqu'au jours où... Ayant eu vent d'un passage pour les terres libres du Rhovanion à travers Fangorn, vous vous joignirent à un groupe de fuyards. Qui aurait cru que cela causerait votre perte à tous? La forêt était à peine en vue lorsque l'attaque survint, une nuée d'orcs qui fondaient sur vous à grands cris et armes aux poings. Les jeux étaient fait avant même que les premiers coups furent donné. Il y eu peu de survivant ce jour là, ceux qui ne périrent pas furent fait prisonnier. Et pourtant, loin du tumulte et du bruit des armes, tu courrais à perdre haleine au milieu des arbres tordus et difformes de Fangorn. À tes oreilles raisonnaient encore la voix de Théodred qui t'ordonnait de fuir sans te retourner, ne surtout pas te retourner. Le sifflement d'une flèche et un bruit mat, lourd même avait raisonné, mais tu ne t'étais pas retourné. Dans un fourré, tu trouvas refuge et y resta jusqu'à la fin des cris, des larmes et du bruit. Lorsque timidement tu retourna sur les lieux du drame, c'est ton innocence qui s'envola pour de bon. Il était là, le visage blême, tordu par la peur et froid. Ce frère de toujours que tu avais soudainement l'impression d'avoir abandonné. Pourtant, tu le secouant en espérant vainement qu'il ne faisait que semblant et qu'il allait revenir. Une main ensanglanté t'arracha au cadavre de ton seul ami et t'attira péniblement vers Fangorn. L'ancienne dame du Gouffre de Helm avait survécu, elle aussi, mais plus pour longtemps. Le sang s'échappait d'une vilaine plaie et elle ne devait son salut qu'au caillot qui ralentissait son agonie. " Va, traverse Fangorn, Eothain. Désormais, tu es le seul héritier du Gouffre de Helm. Le seul fils restant de ton père et celui qui ô combien lui ressemble le plus. Pardonne-moi, fils, de t'avoir éconduit, de t'avoir si mal traité. N'oublie jamais qui tu es et fait ce qui doit être fait, en mémoire de ton frère." Les yeux dans le vague, tu ne savais que dire, que faire et laissait s'échapper des larmes brûlantes de tes yeux noisettes. Armé du paquetage qui rappelait tes origines, tu tournas le dos au Rohan pour t'en aller vers le Rhovanion. Héritier, tu étais peut-être, mais de ces responsabilités tu ne voulais pas.


Chapitre troisième

The Orphan

Le Rhovanion, tu réussis à l'atteindre avec peine et à moitié mort. C'est au camp de Caras Galadhon que tu seras soigné avant d'être envoyé à l'orphelinat de Dale. Tout, tu auras tout fait pour cacher ta véritable identité, allant jusqu'à te présenter comme n'étant que le fils d'un modeste forgeron. La nuit sous la fine couverture miteuse, tu en venais à te blâmer de cela, car ce n'était pas faire honneur à ton frère. Malheureusement, comment affronter ces responsabilités qui n'aurait jamais dû être tienne, comment faire honneur au frère dont tu t'accusais de la mort. Et les années défilèrent à Dale... Si, tu étais coutumier de la misère après les quatre années passées sur les routes du Rohan, tu n'avais encore vu que la douce surface. Rapidement, les dames responsables de ton éducation durent faire avec ton caractère sauvage et ton côté arrogant. Combien de fois ont-elles dû envoyer les gardes à ta recherche? La vie à la dure parmi les autres orphelins plus cupides et égoïstes les uns que les autres ne vient en rien arranger ton propre caractère de cochon. Tu développa le même genre d'égocentrisme que ces autres malheureux et tout cela te conduit irrévocablement à la violence. Malgré cela, tu passais ton temps à défendre les plus faibles, les plus petits, faisant barrage de ton imposante stature pour préserver le peu d'innocence de ces victimes des temps troublés de la Terre du Milieu. Tout ceci n'était pas toujours que par bonté, tes protégés servaient eux-mêmes tes intérêts de la façon que tu trouvais appropriés sur le moment. Petits larcins, tâches ingrates... Ils devenaient ce qui avait été pour ta belle-mère à ton époque. Le temps ne devait évidemment en rien arranger ce comportement, bientôt tu te mis à faire d'avantage le mur, à aller rôder du côté du marché pour y voler quelques babioles ou te retrouver mêler à un combat de rue. L'avenir de la honte de l'orphelinat était déjà tous tracé et dès que sonna ton seizième anniversaire, c'est au camp militaire du Rohan que tu te retrouvas assigné. En peu de temps, il s'éleva comme l'une des meilleures recrues de son âge, mais ne supportant que peu les ordres. Ce ne fût donc pas étonnant, si à l'âge de vingts ans, il disparu de la circulation.


Chapitre quatrième:

Master of the Arena

C'est au Rhûn et trois années plus tard que les soldats lancés à sa recherche retrouve Eothain en pleine démonstration de son art. Après un peu plus d'un mois à voyager, tu avais finis par t'établir là, à Kera Daneish où une famille de petite noblesse t'accueillit à bras ouvert. Après quelques semaines à apprendre de nouvelles techniques de combat propre aux habitants de cette région, ton souhait le plus cher était de tente ta chance dans les arènes de la ville. Une étrange coutume qui semble-t-il est peu prisé par les étrangers, mais dont tu trouvais le spectacle intéressant. Combattre à mort devant un public en liesse, vivre ou mourir dans un simple spectacle... De toute façon, tu n'avais cure de ce que tu représentais et la mort de Théodred te rongeait comme jamais. Malgré la réticence de tes hôtes, tu te lanças dans ton premier combat dans l'arène et le remporta de justesse. À peine remis, tu recommenças encore et encore, jusqu'au jour où tu deviens une figure de l'arène. La fête se termina là, lorsque les soldats te ramenèrent à Erebor contre ta volonté pour te châtié comme il se devait avant de te faire réintégré l'armée. Certains vices acquis lors de ton séjour dans les régions du Rhûn ne disparurent pas, pour le plus grand malheur de tes collègues. Boissons alcoolisée, fréquentation des bordels, cela fait partie de ta vie désormais. Cependant, peut-être faut-il remercier ces vils penchant, car c'est ainsi que tu connus Eold, souverain légitime de ta région et que vous devinrent ce qui se rapproche le plus des amis. Cette rencontre autour d'une bonne pinte dans une maison de plaisir allait à jamais changer ton avenir d'ivrogne et peut-être pas dans le sens où tu l'aurais voulu. En attendant, il faut souligné que tout les tenanciers de taverne s'étaient mis à craindre ton passage, voyant leur réserve de boisson diminuer. Plus d'un frère, père ou mari firent la file pour te coller une raclée après que les dames de leur entourage te soit tomber dans les bras. Tu auras après tout bien profiter de se répis de simple soldat, lorsque tu t'effondrais ivre et n'étant plus que la moitié d'un homme dans la fange ou en travers d'un lit chaque soir qu'Ilùvatar fait, oubliant d'avantage chaque soit que l'héritier du Gouffre de Helm, c'était toi.


Chapitre cinquième:

Commander

Partager les vices de l'héritier du Rohan, t'ouvras des portes inespérée et non voulue également. D'abord, tu pris part à plusieurs expédition à son côté, sans jamais entrevoir ce qui pourrait t'arriver de pire que d'être le chien-chien du roi en exil. Certes, la bataille d'Eryn Lasgalen avait été quelques choses d'éprouvant, mais tu t'en étais plutôt bien tiré pour un simple soldat. Guerrier ambidextre, Rohirrim aguerri comme l'était feu ton père, tu gagnais en reconnaissance. Cependant, il ne fallait pas se mettre à imaginer que tu faisais tout ceci dans l'optique de gagner la guerre ou de monter en grade - il suffit de se rappeler le nombre de fois que tu refusa les promotions qu'Eold te proposais-, non en vérité tu excellais dans cet art, uniquement parce que selon toi, tu n'étais bon qu'à cela. Oui, jamais la mort de ton frère ne te quittait, guidant chacun de tes actes, faisant de toi un tueur né, car tu te persuadais en être un. Ah, il est bien loin le frère chéri, le petit bâtard sans avenir... Qui aurait-pu prévoir que tu serais forcé à accepter le poste de commandant des Rohirrims par ton souverain? Personne. Grand gueule comme tu es, il était difficile d'imaginer que le roi confie cette tache à un trousseur de jupons, doublé d'un ivrogne et triplé d'une grande gueule lui parlant comme si vous aviez garder les porcs ensemble - ce qui sommes toute n'était pas faux d'un certain point de vue-. Allez savoir... peut-être que simplement le roi en exil lui a promis la paix sur ses agissements de bas étage et une mort glorieuse pour obtenir de lui qu'il prenne en charge ces hommes. Peut-être que finalement d'avoir ouvert pour la première fois en de nombreuse année le paquetage qui l'accompagna de Fangorn à Dale, lui a fait ouvrir les yeux. De lire les confessions intimes d'un frère aimer et disparu, vantant ses mérites de frère, d'ami et osant dire qu'il aurait été un meilleur héritier que lui-même pour le Gouffre auront réussi à percer la carapace de ce grand idiot. Peut-être est-il temps que l'ivrogne aille au diable pour que renaisse de ces cendres le seul qui puisse prétendre à la seigneurie du Gouffre de Helm, mais surtout celui dont le frère faisait louange. Que meurs Eothain Dùndredson pour que se lève Eothain de Helm, dernier de sa lignée, d'une prestigieuse famille et jusque là insignifiante pourriture sur la botte de l'alliance.

   
code (c) Auril sur base de crackle bones


L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'audace n'est pas déraisonL'audace n'est pas déraison
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t920-telia-sovatys-sauv
Infos de base
♦ Visage : Katrina Law
♦ Messages : 120
♦ Date d'inscription : 17/06/2013
♦ Localisation : Erebor
Emploi/loisirs : héritière de Pelargir et commandante des archers du Gondor
Fiche RPG

Message Sujet: Re: “Trop d’intelligence tourne en folie.” Ø Eothain Dùndredson Mer 16 Déc - 18:54

BROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO hihi hihi hihi hihi hihi hihi hihi Vas-y vient on va faire des bêtises !!! Ca manque à didil qu'on fasse plus de bêtise huwhuw



   -Je suis un esprit libre, personne ne m'enfermera -
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charmeuse de SerpentsCharmeuse de Serpents
Voir le profil de l'utilisateur http://sodarktheconofman.forumgratuit.be/t926-ayzebel-i-m-poison
Infos de base
♦ Visage : Indira Varma
♦ Messages : 98
♦ Date d'inscription : 16/08/2015
♦ Localisation : Gondor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: “Trop d’intelligence tourne en folie.” Ø Eothain Dùndredson Mer 16 Déc - 20:10

Aw on se connaît nous huwhuw bienvenue !! eyebrow



Unbowed, unbent, unbroken...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

Message Sujet: Re: “Trop d’intelligence tourne en folie.” Ø Eothain Dùndredson

Revenir en haut Aller en bas

“Trop d’intelligence tourne en folie.” Ø Eothain Dùndredson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Solitude mene trop souvent a la folie [ Libre ]
» La folie des BAM ! [FINI]
» Regardez ça aller. Est-ce que je tire trop fort sur la laisse de l'animal?
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» L’argent conduit à la folie !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
So dark the con of man :: Votre Laissez PasserTitre :: Bureau de Recrutement :: En Service-