RSS
RSS




Partagez|

Call me inresponsible ft. Eold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Viva Bianca
♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/11/2013
♦ Localisation : Dans ma maison close à Edora
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Call me inresponsible ft. Eold Sam 12 Déc - 23:45


   

   
Call me inresponsible
Jascianne de Dunharrow ♦ Eold Theoforson
Elle était posée là, sur son lit de fortune, dans cette sinistre auberge à se demander encore et encore quelle aurait été sa vie si cette guerre n’avait jamais exister. Serait-elle mariée à un noble par la volonté de son père ? Serait-elle déjà mère ? Partagerait-elle de bons moments avec sa bien-aimée petite sœur disparue ? Aurait-elle simplement eu un frère ou une autre sœur après Marziane ? Jascianne s’était construite seule, avait réussi à survivre dans l’enfer d’un bordel où ce monstre de Maudus l’avait envoyée à seulement quatorze ans. Dans sa tête à l’époque, tout avait été clair. Elle serait à jamais prisonnière de sa situation, elle finirait sa vie dans cet endroit peu recommandable. Et puis… il y avait eu cette conviction en elle qu’elle devait agir pour aider la résistance, renverser le tyran et par conséquent ce maudit assassin. Peut-être qu’elle récupérerait le domaine familiale, qu’elle pourrait y finir sa vie tranquillement avec pour seule compagnie une ribambelle de chats et d’autres femmes désavouées à jamais pour avoir vendu corps et vertu afin de survivre et d’aider à leur façon. Elle avait fait le deuil de sa maternité, réduit à néant nombre de petites vies qui avaient commencé à grandir en elle. Elle n’était pas la seule à le faire, c’était un mal nécessaire, elle ne souhaitait pas donné naissance à un enfant qui serait ensuite élevé sans père dans un bordel et livré à lui-même une fois adolescent. Et puis… et puis, il y avait eu ce jour où il lui était apparu. L'espoir du Rohan sous sa forme humaine. Pourquoi est-ce que son cœur avait failli à cet instant et s’était mis à désirer être tout ce qu’elle réprouvait dans ses bras ? N’être qu’à lui pour une poignée de seconde, comme pour une vie entière. Et pourtant, elle avait lutté, en vain, mais elle l’avait fait. Gardé le secret et tenté de faire comme si de rien n’était. Hélas, la vie est bien cruelle… une nouvelle fois, elle avait dû se débarrasser d’une vie et celle-ci lui pesait désormais. L’idée de n’être jamais destiné à autre chose qu’à sentir un homme en elle pour rester une coquille vide. Ses mains posées sur son ventre plat, une larme solitaire roula sur sa joue. À jamais, ce baiser offert de bonne grâce à son souverain l’avait changée et bouleversée. Aujourd’hui, elle se préparait à le voir à nouveau, s’intimant de rester froide et distante, mais sa volonté risquait fort de vaciller.

Décidée, elle se leva essuyant ses joues d’un revers des mains avant d’enfiler sa cape. Elle quitta sa modeste chambre, prévient son escorte de faire comme d’habitude et descendit à la fois pour prendre son repas emballer dans un linge en prévision du voyage et préparé sa monture. Elle s’élança alors dans le brouillard hivernal à travers les plaines enneigées et ce sans s’arrêté, jusqu’à l’orée de Fangorn. Cette entrevue, elle l’avait elle-même demandé par le biais d’un corbeau, mais maintenant qu’elle y était presque, la blonde s’interrogeait. Était-ce réellement une bonne idée ? Son regard balayait les plaines qui depuis s’étaient faites baignée de soleil avant de pousser en avant sa jument au couvert des arbres. Depuis le plus jeune âge de l’animal, elle l’avait fait marcher à Fangorn, de sorte qu’elle n’ait plus peur de s’y aventurer. Question de sécurité une fois de plus, un cheval seul attendant devant Fangorn aurait été bien trop imprudent. Lorsqu’elle arriva à proximité de la clairière, elle mit pied à terre, flatta l’encolure de l’équidé et fini de parcourir les quelques mètres à pieds. Fangorn en hiver n’était pas différente de ce qu’elle était le reste de l’année. Lugubre, sombre et inamicale, seule la blancheur de la neige changeait du tableau habituel. Jascianne resserra sa cape de fourrure autour d’elle et enfoui ses mains à l’intérieur de manches de sa robe afin de conserver un brin de chaleur. Ses yeux se posèrent sur le sol qui la dernière fois qu’elle s’était tenue-là était recouvert de cadavre. Maintenant, seule une pellicule de neige en faisait de même.

L’attente fût cependant moins longue que lors de leur précédente rencontre. Probablement qu’il connaissait désormais mieux le chemin. Le bruit des pas dans la neige lui parvient aux oreilles et malgré tout, elle se mit en condition pour répliquer en cas d’attaque. Pourvu qu’aucun Izzal-Din ne se montre en ce jour, il ne serait pas aisé de trouvé une explication valable à sa présence dans cette forêt par un temps et une saison pareil. Enfin, la source des pas se montra dans la clairière et Jascianne pu baisser sa garde en reconnaissant l’homme qui la hantait depuis plusieurs semaines, identique à ses souvenirs. La matrone exécuta une légère révérence pour le saluer. « Monseigneur. » se redressant alors, elle posa ses yeux sur lui. « Je suis ravie de vous voir en bonne santé. » Ce n’était pas réellement ce que son cœur voulait lui dire, mais elle se devait de garder la tête froide, réfréné ses désirs et ses rêves aux allures de chimères.


texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Nikolaj Coster-Waldau
♦ Messages : 8
♦ Date d'inscription : 12/12/2015
♦ Localisation : Erebor, la cité des nains.
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Call me inresponsible ft. Eold Dim 13 Déc - 0:03

Entourée d'une épaisse cape de fourrure, Eold parvenait encore à frissonner sous celle-ci. Le froid s'insinuait partout où il le pouvait et le Rohirrim n'avait pas souvenir d'avoir vécu un hiver aussi rigoureux depuis bien longtemps. Que faisait il à l'extérieur par pareil temps ? Lui même se posait la question en vérité. Mais la tentation de la revoir fut bien trop forte et si celui qui occupait le poste de messager pouvait de nouveau assurer ses fonctions, il lui avait expressément demandé de lui laisser l'honneur de le remplacer s'attirant ainsi des regards curieux et étonné. Certes, il était bien connu que le fils de Theofor avait une tendance à ne pas tenir en place, mais au point de demander une faveur à un simple messager... Voilà qui était bien étonnant. Le fait est qu'Eold ne parvenait pas à se sortir cette jeune femme de l'esprit, son cœur battant sa cage thoracique à chaque fois qu'il repensait à ce baiser. Un baiser qu'ils avaient échangé avant de se séparer sans grand espoir de pouvoir se revoir un jour.

Les sabots de Celiviel s'inscrivait dans la neige épaisse avant d'arriver à l'orée de la forêt de Fangorn. Là Eold abandonna une nouvelle fois son Méaras, ses bottes s'enfonçant de moitié dans ce tapis blanc et glacial. La fourrure qu'il portait traçait un chemin dans la neige. Difficile d'effacer ses traces, mais il n'avait guère d'autres choix. Il se hâta donc de rentrer sous le couvert des arbres en espérant que personne ne viendrait à le suivre ensuite. Le Rohirrim trouva bien plus aisément son chemin qu'auparavant, même si la saison n'était pas la même et qu'elle modifiait profondément le paysage. L'entrée de la clairière n'était plus qu'à quelques pas. Il se demandait s'il ne vaudrait pas mieux changer de lieux pour leurs futurs échanges d'informations... Celui ci étant désormais bien moins fiable. Eold scruta les alentours et alors il la vit plus loin, toujours aussi belle. Il ne l'avait pas oublié malgré les deux mois qui étaient passés. Son cœur manqua un battement mais il parvint à garder tout sa dignité malgré ses lèvres roses qui l'attiraient imperceptiblement. "Madame." Il s'inclina légèrement en gardant quelque peu ses distances même s'il ne réagissait pas par instinct. Alors certaines inquiétudes germaient dans son esprit peu à peu. Si ce baiser n'était qu'une sorte de trophée pour elle ? Ou en tout cas si cela n'avait été poussé que par un besoin viscérale et animal ? Mais il se reprit rapidement. Jascianne d'Aldburg ne pouvait pas être ce genre de femme après tout "Et moi donc madame. Je craignais qu'il vous soit arrivé quelques ennuis par ma faute. Je ne me le serrais guère pardonné si cela avait été le cas."


Dernière édition par Eold Theoforson le Dim 13 Déc - 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Viva Bianca
♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/11/2013
♦ Localisation : Dans ma maison close à Edora
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Call me inresponsible ft. Eold Dim 13 Déc - 0:09


   

   
Call me inresponsible
Jascianne de Dunharrow ♦ Eold Theoforson
Jascianne détourna les yeux aux bouts de quelques secondes à soutenir le regard de son souverain et se préoccupa de la neige. Ses doigts jouaient nerveusement les uns avec les autres, cachés dans les manches de son long manteau. Elle n’aimait pas être ainsi acculée par des sentiments qu’elle jugeait déplacé, car le bon sens voulait qu’elle cesse immédiatement de s’imaginer vivre avec cet homme inaccessible. Certes, il était là devant elle, elle n’avait qu’à faire un pas, se hisser sur ses orteils, se saisir de sa nuque et replonger dans la douceur accueillante de ce trop court baiser. Cependant, elle se gifla mentalement pour réfréner cette envie qui se faisait pressente en son sein. Dans sa tête, elle poussait la rengaine infernale qui la maintenait à distance : ‘je ne suis qu’une matrone, une prostituée, je ne mérite pas d’égard affectueux.’ Courageusement, elle releva la tête pour regarder à nouveau l’apollon qui se tenait face à elle. « Vous ne devriez pas avoir tant d’égard pour une femme de ma condition. Vos conseillers pourraient vous le reprocher et je ne pourrais les en blâmer. » Ô bien sûr, elle n’avait pas cherché à être ce qu’elle était à la base, tout cela était la faute de ce maudit enfoiré de Maudus. Elle avait simplement œuvré pour sa survie et pour aider la résistance par la suite, même si ça n’avait pas été prévu à la base. Peut-être alors que oui, elle s’était volontairement fermé à un avenir plus doux et radieux, mais avait-elle eu le choix ? Entre finir mère adolescente, engrossée par un vieillard répugnant qu’elle aurait été forcé d’épousé et de volontairement céder son corps aux hommes de passages qu’elle ne reverrait jamais, mais en pouvant se rendre utile, elle avait choisi ce qui l’incommodait le moins.

Enfin, il était temps de passer aux choses sérieuses et surtout au pourquoi elle avait ainsi fait venir à elle un membre de l’alliance. « Je crains que ce ne soit la dernière fois que je peux transmettre des informations avant le printemps, d’où l’urgence de ma requête. » En effet, la neige encombrait déjà les routes du nord et semant des ravages aussi bien d’un point de vue naturel qu’humain. Elle porta ses mains à son haut et retira de son décolleté la même liste que deux mois auparavant. « J’aimerais cependant, attirer votre attention sur ce nom. » Dit-elle en déroulant le parchemin et en pointant du doigt la personne mentionnée. Elle réduisit donc l’écart entre eux en se posant à côté de lui afin qu’il puisse lire sa petite écriture serrée. « Cette jeune personne n’est pas acquise à proprement parler à la cause Izzal-Din, elle est manipulé comme j’aurais pu l’être si je n’avais pas fini dans un bordel. Si, vos hommes l’attrapent, je vous en conjure ne lui faites pas de mal, ce n’est qu’une enfant. » L’instinct maternelle pourtant refoulé depuis nombres d’années refaisait surface sans qu’elle puisse le combattre. Elle pointa un autre nom dans la liste, mais pas pour la même raison. « Celui-ci, faisait route pour le Rhovanion, j’ignore ce qu’il est advenu de lui. C’est un homme grand, blond et il a une cicatrice sur l’épaule gauche. C’est un assassin renommé dans le coin, méfiez-vous. »


texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Nikolaj Coster-Waldau
♦ Messages : 8
♦ Date d'inscription : 12/12/2015
♦ Localisation : Erebor, la cité des nains.
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Call me inresponsible ft. Eold Sam 9 Jan - 9:03


Call me inresponsible




Jascianne & Eold

Son regard accrocha le sien l’espace de quelques secondes. Quelques secondes de trop sans doute, car elle ne tarda pas à détourner ses prunelles bleutées vers une activité sans doute plus importante que cette rencontre. Non, Eold n’avait pas oublié pourquoi il était là, et si d’un côté il avait souhaité la revoir, de l’autre il se doutait bien que ce ne serait jamais aussi simple que ce baiser échangé dans un moment où tout deux avait cru la mort à leurs portes. Alors il décida de se concentrer sur l’objectif qu’il s’était fixé en venant ici : récolter des informations pour l’Alliance. Des informations qui lui permettrait de lutter contre Namoth. Et un jour, grâce à cela, les femmes ne seraient plus obligées de se mettre en danger délibérément, et les hommes pourraient regarder leurs armes accrochées au mur en se souvenant qu’un jour ils avaient été des héros.
« Mes conseillers ne sont pas ici madame, sauf s’ils sont dotés de capacités de camouflage dont on ne m’a pas informé. Vous êtes une femme courageuse, et je ne pourrais jamais assez vous remercier pour ce que vous avez fait la dernière fois, aussi, j'aurais pour vous tous les égards que je souhaiterais. »
Eold gardait un air sérieux qui ne lui ressemblait guère, bien que son regard brillait d’une certaine lueur malicieuse. Jamais sérieux, c’est ce que l’on pensait de lui. Un roi peu attaché à ses responsabilités, alors qu’il était tout l’inverse. C’était la peur qui se cachait derrière l’humour, les putains et l’alcool. Une peur qu’il contrôlait ainsi. Il posa machinalement une main sur le pommeau de son arme, un geste devenu réflexe en ces temps de trouble, et qui lui permit – en cet instant – de se rassurer. Elle était bien là, comme toujours, héritage d’un passé que jamais il ne pouvait oublier.

Elle prit enfin la parole, lui annonçant que c’était la dernière fois qu’elle pourrait venir avant l’hiver. Il opina d’un air grave.
« Je crains qu’il n’en soit de même pour moi. Le roi d’Erebor n’aime toujours pas que je me mette délibérément en danger. »
Il esquissa un léger sourire en disant cela, avant de se pencher par-dessus l’épaule de la jeune femme, observant la liste qu’elle tenait entre ses doigts, et les noms finement tracés sur le parchemin. Des noms qu'il avait déjà vu sur une autre liste auparavant, cependant ses explications l'éclairaient peu à peu. Elle lui donnait ce qu'elle n'avait pas eu le temps de lui transmettre lors de leur dernière entrevue. Il observa chaque nom, les gravant dans son esprit pour ne pas les oublier. Il opina plusieurs encore, lui promettant de ne pas blesser cette jeune fille si jamais ils venaient à la capturer. Il serait difficile d'en dissuader les hommes, mais il le ferait.
« Une cicatrice à l'épaule gauche dites vous ? Il y a t-il d'autres signes particulier ? Des armes qu'il privilégie ? »
Eold espérait qu'elle en connaissait un peu plus sur cet homme, certainement envoyé pour faire quelques ravages dans les rangs de leurs généraux, voire bien pire. Il serait prudent, et avertirait Elendil ainsi que la garde de la chose. Il faudra raffermir les contrôles aux entrées de la ville naine, bien que Dale soit également un refuge pour les assassins de Namoth.
« Et est-ce que je sentirais une pointe d'inquiétude dans votre voix, madame ? »






code (c) Auril sur base de crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Viva Bianca
♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/11/2013
♦ Localisation : Dans ma maison close à Edora
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Call me inresponsible ft. Eold Jeu 11 Fév - 16:34


   

   
Call me inresponsible
Jascianne de Dunharrow ♦ Eold Theoforson
La matrone ne savait pas réellement comment elle devait prendre les paroles de son souverain, cela ne la faisait que plus danser sur un pied puis sur l’autre. Bien sûr, elle apprécia qu’il la qualifie de courageuse, bien qu’elle ne s’en trouva pas plus qu’à quelqu’un d’autre ou quelle qualifia cela de courage de chien. Celui que ces animaux ont lorsqu’ils ont acculés, une bravade pour se prouver à soi-même qu’on vaut encore quelque chose ou qu’on peut encore s’en sortir malgré la situation désespérée. Garder la tête haute pour ceux qui n’en sont pas capable, se battre pour ceux qui ont baissés les bras et surtout prendre soins de ceux que la vie à percuter si fort, qu’ils s’en sont retrouver brisé. « Le courage d’un chien, dirons-nous. » Fini-t-elle par dire avec un pauvre sourire qui n’avait rien d’engageant. Elle fit un geste de la main pour lui signifier qu’il n’avait pas à la remercier pour ce qui s’était passé lors de leur dernière rencontre, qu’elle trouvait être un bel exemple du type de courage dont elle s’était pourvue. « Quand à vos conseillers, vous devriez-vous méfier, sait-on jamais. » Elle se voulait cette fois taquine pour détendre l’atmosphère qui, pour elle au moins, semblait terriblement lourde. Après tout, pour en revenir à son courage de chien, c’était aussi pour cacher son propre désespoir, sa propre faiblesse et tenter de garder le cap quand parfois elle se laissait aller à de noirs idées, comme celle de finir vieille fille au milieux des chats et des autres femmes qui auraient subi sa condition. « Pour en finir sur votre considération pour moi, elle est bien belle, mais qu’en sera-t-elle après la guerre ? Que vous gagniez ou perdiez, aucun homme au monde ne voudra de moi ou des femmes qui œuvre dans la même profession, même pour une cause aussi noble que de renseigner la résistance, pour nourrir les enfants d’un mari partit et jamais revenu du champ de bataille ou simplement pour survivre pour mieux se révolter contre le pouvoir en place. Des putains nous sommes et des putains nous resterons aux yeux des gens, même si vous revenez sur le trône. Et… pour la première fois je le confie à quelqu’un, c’est là, la tragédie qui me ronge chaque jours. Je sauve des femmes de la potence, mais est-ce que je leur offre vraiment quelque chose en faisant cela ? Ne va-t-il peut-être pas mieux mourir que d’être une putain ? De cela je n’en sais rien et parfois, je souhaiterais ne jamais le savoir… ne jamais avoir à affronter le regard des gens une fois la guerre finie. » Ce qui pourrait bien arrivée après tout, la situation dans laquelle, elle s’était mise pouvait faire tomber l’épée de Damoclès sur sa nuque à tout instant. Enfin, elle en revint à la raison primaire de sa présence dans le froid et la neige, bien que sous les arbres il y en ai moins. « Je comprends son point de vue. » Il était après tout essentiel de garder en vie le seul héritier véritable du trône de ce pays, de si possible ce dernier assure sa descendance pour qu’un jour –et le plutôt sera le mieux sans aucun doute- on puisse réentendre parler du Rohan comme d’un pays libre. Elle prit un moment pour réfléchir aux informations qu’elle avait encore au sujet de cet assassin partit en mission au sein du Rhovanion. Elle ne l’avait que croiser, jamais connu personnellement au sein de son lit, c’était donc assez compliquer de se souvenir des souvenirs de quelqu’un d’autres. « Oui, il lui manque le petit doigt de la main gauche et il a un fort accents dunlendings. Enfin, lorsqu’il venait au bordel, il se faisait appeler Drongas. Maintenant, il y a de forte chance qu’il ne voyage plus sous ce nom. Il est extrêmement prudent, discret… Un peu plus petit que vous et les yeux noisettes. Pour les armes… je ne l’ai jamais vu qu’avec une épée bâtarde à la ceinture, mais je suppose qu’il doit avoir une panoplie d’armes plus discrète. » Elle espérait qu’il en saurait désormais assez pour arrêter ce sinistre individu avant qu’il ne fasse des dégâts, chose qu’on ne manquerait pas de lui avoir commander. Etait-elle inquiéte pour Eold ? Qui ne le serait pas après tout en sachant qui il est réellement. Elle haussa les épaules avant de lui abandonner la liste dans les mains. « Je ne mentirais pas, donc oui. En même temps, vous êtes un peu le seul espoir qu’il reste à ce pays et… je vous aime bien, ce qui n’arrange pas les choses évidemment. On s’inquiète toujours pour les gens qu’on apprécie. » Un frisson lui parcouru l’échine, réaction au froid ambiant avant de soupirer. « Vous devez également savoir que le général noir va bientôt se marier. L’usurpateur souhaite que son héritier assure également sa descendance et… je commence à croire qu’Emeruil n’a absolument rien d’humain. » Elle posa un regard dur sur Eold, qui ne laissait en aucun cas douter de la terreur qu’un tel aveux lui inspirait.  « Comprenez-moi bien… Je connais Emeruil, je le connais même intimement. Cet homme… cette chose plutôt ne ressent rien qui soit positif, comme si ses deux natures ne s’accordaient pas. Je ne sais pas si vous avez déjà croisé des semi-elfes, sans doute plus que moi, mais de ce que je sais d’eux, l’humain et l’elfe s’entendent assez bien en eux, même si l’un domine toujours l’autre. Ici, le monstre domine sans nul doute et j’ai peine à croire que quelqu’un à moitié homme à moitié elfe puisse être capable de ce qu’il fait. Il ne tue pas les gens… il les démonte, pièce après pièce avec un plaisir non dissimuler… Je l’ai vu, monseigneur, de mes yeux faire ce genre de chose. Cette créature ne sourit que lorsque le mal à court autour de lui, l’horreur, la douleur et la mort sont ses seuls plaisir. Même dans l’acte de chair, il est insatiable, brutal et bestial… La rumeur court qu’il aurait été engendré par Morgoth lui-même, mais ça je n’y crois pas.»


texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Nikolaj Coster-Waldau
♦ Messages : 8
♦ Date d'inscription : 12/12/2015
♦ Localisation : Erebor, la cité des nains.
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Call me inresponsible ft. Eold Dim 14 Fév - 12:29


Call me inresponsible




Jascianne & Eold

C’est de la détresse qu’il parvint à lire dans son regard en cet instant. Cette femme qui n’avait jamais connu le statut auquel elle aurait eu droit de par son rang, et sa naissance. Devenu esclave trop tôt d’un homme qui avait voulu lui faire courber l’échine. Mais Jascianne – il avait pu le constaster – était une créature vive, intelligente, et avec une soif de vivre incomparable qui lui avait permis de se sortir de situation comme celle qu’ils avaient pu rencontrer la dernière fois. Non, cette femme n’avait rien de commun avec celles qu’il avait pu côtoyé par le passé. Il aurait voulu la rassurer, mais aucun mot ne sorti de sa gorge tant a situation qu’elle lui décrivait était criante de vérité. Que deviendrait ces femmes une fois la victoire remportée – si victoire ils remportaient du moins. Des putains. La plupart  ne possédaient plus rien, leur vie et leur famille arrachées par les ravages de la guerre, elles n’auraient d’autre refuge que le bordel, et comme unique source de revenu celui que leur offrait les courbes délicieuses de leurs corps. Et étrangement, savoir que quelqu’un comme Jascianne qui avait risqué sa vie pour lui, pour la Résistance, allait finir sa vie d’une manière aussi misérable le rebutait. « Je ne vous laisserais pas ici Jascianne. Ne le comprenez vous pas ? Ce que vous avez fait pour notre cause ne pourra pas être oublié. Jamais. Cela je peux vous le jurer. Et je suis un homme de parole malgré ce que l'on peut dire. » Il soupira sans pour autant la lâcher du regard, sa main effleurant de nouveau l’extrémité de la garde de son épée, parcourant du bout des doigts la tête de cheval finement ornée dans un geste rassurant. Eold écouta avec attention les informations qu’elle avait simplement à lui transmettre, opina légèrement à la fin de son récit. « Bien, je transmettrais ces quelques informations à ma garde personnelle, et je le ferais soigneusement rechercher.» Il observa quelques instants le ciel au-dessus de lui, frissonnant sous le froid lui-même. « Ne vous inquiétez pas pour moi. Je suis assez grand pour me défendre seul – même face à un assassin assoiffé de sang, de vengeance ou de je ne sais quelle autre sottise. » Il esquissa un sourire confiant « Mais je dois avouer que je me sens particulièrement flattée de cette marque d’attention de votre part madame. » Bien qu’il soit son roi, elle pourrait ne voir en lui qu’un arrogant soldat, simplement désireux de récupérer ce qui lui appartenait de droit, sans d’autre but que celui-ci. Et au fond de lui-même Eold espérait qu’elle voyait plus que le roi en lui, mais l’homme. L’homme qu’il cachait derrière les sourires faux, les étreintes passionnées et cette carrure digne d’un grand soldat. Cet homme qu’il s’évertuait à enterrer au fond de lui-même derrière les masques qu’il s’était créé pour se protéger de lui-même. Mais elle devait sans doute s’y connaître un peu plus en la matière. Résistante, espionne, noble, catin. Il y avait chez cette femme une multitude de visages dont Eold cherchait encore à en définir la teneur. Il se contracta légèrement lorsqu’elle lui évoqua Emeruil. De lui, il n’avait entendu que les pires récits. Et ce qu’elle lui dévoilait était bien pire encore. « Morgoth lui-même… » Il fit mine de réfléchir, tournant quelques instants le dos à la jeune femme avant de murmurer pour lui-même « Cela ne m’étonnes guère, au vu de ce que l’on m’a conté, que l’on édifie ce genre de légende autour de lui… ». Le Rohirrim se tourna de nouveau vers elle, saisit soudainement sa main, d’un geste vif à la fois doux et ferme. N’ayant aucunement honte de ce geste que certain aurait pu prendre pour de l’impudence, il planta simplement son regard dans le sien, guettant la promesse qu’il allait lui demander de prononcer, cherchant dans ses yeux la moindre trace de mensonge se demandant ce que ces deux prunelles bleutées pouvaient lui dissimuler. « Promettez moi de ne pas vous mettre en danger en côtoyant trop cet homme Jascianne. Vous n’êtes pas la première à me faire ce genre de récit, et je ne pourrais tolérer qu’il vous arrive ce genre de chose. Si il est aussi dangereux que cela, vous devriez essayer de… mettre quelques barrières. Entre lui et vous. »







code (c) Auril sur base de crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
AdminAdmin
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Visage : Viva Bianca
♦ Messages : 42
♦ Date d'inscription : 09/11/2013
♦ Localisation : Dans ma maison close à Edora
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Call me inresponsible ft. Eold Jeu 24 Mar - 9:35


   

   
Call me inresponsible
Jascianne de Dunharrow ♦ Eold Theoforson
De nouveau, la matrone ne pu offrir à son souverain qu’un pauvre sourire vaincu. À ses yeux et ses oreilles, les paroles sont bien belles, mais les actes seront-ils à la hauteur de ses paroles. Non pas qu’elle doute de son honneur ou de sa parole, il le fera c’est une certitude, mais ne sera-t-il pas contraint d’une quelconque façon d’abandonner ce projet ? Qui a envie d’acclamer le courage d’une catin ? Qui a envie par cette voie de se rappeler du déshonneur d’un peuple lors de ces noirs moments ? Comme si tout ceci n’était pas assez, les conseillers qu’il le veuille ou non y mettrait leur grain de sel. Tout ce que pourra dire ou faire l’héritier du Rohan, jamais il ne pourra empêcher les gens de médire sur son passage lorsque la guerre sera terminée. « Il vous faut m’excuser pour ce que je vais dire, mais… tout ce que vous pourrez me jurer, me promettre, ne changera jamais ce que les gens penseront et diront de moi quand tout ceci sera terminé. Les femmes pourront quitter le bordel, elles n’en demeuront pas moins des prostitués aux yeux du monde. Oui, vous avez et aurez le pouvoir de nous réhabilité, je sais que vous êtes un homme d’honneur et probablement un souverain juste le moment venu et que vous ne nous oublierez pas. Mais tout bon souverain que vous serez, vous ne pourrez changer la mentalité d’un peuple… Même un tyran ne le pourrait pas. Lorsque j’ai choisi ma vie, j’avais décidé de ne pas me tracasser du regard des gens et tant que la guerre durera cela n’aura cure, mais quand tout sera fini, ce sera différent… Les gens oublient vite la nécessité de se battre lorsque la guerre s’achève. L’Homme a la mémoire courte. Du moins pour certaines choses… Vous aurez beau tenir votre parole, aucun homme de basse ou de haute naissance ne prendra aucune de nous, même réhabilité, pour femme. Nous sommes devenues impur dès l’instant où nous avons accepter un autre homme qu’un mari entre nos cuisses, volontairement ou involontaire. Même vous ne le feriez pas… on vous en empêcherait. » Avec tout ce qu’il disait, elle aurait pu croire qu’il allait lui affirmer l’inverse, mais un roi ne fait pas toujours ce qu’il veut hélas. Elle le maudirait bien d’avoir de si belles paroles qui réchaufferaient son cœur attiré par lui, alors qu’elle était consciente du sort qui l’attendait, mais comme pour le reste, elle lui pardonnait aisément. Pour le reste, elle fût soulagée qu’il prenne la menace au sérieux, même si elle ne doutait pas qu’il ai eu à faire face à d’autres menaces depuis de nombreuses années. Si même, il n’était peut-être pas le premier visé par la mission de l’assassin, il pourrait ainsi déjouer une attaque qui sans nul doute visait quelqu’un d’important dans la résistance. Sa dernière phrase en revanche la laissa un moment coi de surprise. Flatté par son inquiétude ? Elle ne voyait pas en quoi c’était flatteur qu’une dame de petite vertu se tracasse de son souverain, mais bon… « Je ne vois pas vraiment pourquoi vous vous sentez flatté, mais soit… »  La discussion dériva sur un autre problème et on pourrait même dire un problème de taille. Quiconque avait assez d’intelligence et de connaissance stratégique savait que pour mener la guerre de libération de la Terre du Milieu savait que l’armée en viendrait forcément à devoir affronter le général de l’armée noire avant d’atteindre leur but ultime : la fin de Namoth Storgor. Toutes informations étaient dès lors bonne à prendre et à faire parvenir à la résistance dans le même temps. « Fils de Morgoth, je n’y crois pas, mais vous me diriez qu’il est le rejeton naturel de Namoth, là je vous croirais. Je doute cependant que cette nouvelle soit plus engageante. » Elle fit une pause avant de soupirer longuement. « Déjà rien que le fait qu’il soit un semi-elfe vous complique la tâche, à moins que vous en ayez dans vos rangs. Après, ce ne sont que des rumeurs et des impressions, mais pour connaître l’individu de prêt, je serais vous j’y prêterais une oreilles attentive. » Elle n’osait dire qu’il fallait même y croire tant tout cela avait un arrière goût d’absurde. Comment une elfe se serait fait bernée par un monstre comme Storgor ? C’était bien là le soucis, c’est qu’il en avait berné des elfes et des semi-elfes a commencé par Eldarion et son épouse, alors une autre dans le but de l’engrosser, ce ne serait pas la chose la plus étonnante qu’il ai pu faire. Une douce chaleur remonta le long de son bas alors que le Rohirim la saisi par la main. Elle eut un sursaut de surprise à ce contact avant de se détendre un brin, malgré que le rouge lui monte violement aux joues à cause du regard qu’il lui portait à cet instant. Les paroles cachaient très mal l’inquiétude de son juste souverain à son égard et la mirent très mal à l’aise, parce qu’elle ne voulait pas lui mentir, parce qu’elle ne pouvait pas lui promettre cela. « Je…je ne peux pas vous promettre ça. Si, je le fais non seulement vous n’aurez plus autant d’informations, mais je me mettrais en danger. Emeruil est la seule personne qui peut s’opposer à un autre homme tout aussi détestable, celui à qui je dois mon entrée dans la vie de catin. Comprenez, Emeruil est à la fois mon enfer et ma sécurité. Tout service qu’on lui demande à son prix et pour une femme comme moi, il n’y en a pas d’autre, il n’a cure de l’or. Il m’effraie oui, mais qui n’effraie-t-il pas ? Même ceux qui se targue que ce n’est pas le cas se pisse dessus au tréfonds d’eux à l’idée de ce qu’il est capable de faire. Si, je mets des barrières entre lui et moi, plus rien ne pourra empêcher que je me retrouve enchainer à Aldburg, mariée de force à l’assassin de ma famille qui me fera enfant sur enfant jusqu’à ce que j’en crève, tout cela pour être reconnaitre légitime par les gens d’Aldburg. » Elle posa sa main libre sur la joue rêche d’Eold et laissa échapper une seule larme solitaire de son œil gauche. « Ne me torturez pas d’avantage, je vous en conjure. Par pitié… ou je m’éteindrais plus vite que la flamme d’une bougie dans un courant d’air. Ne soufflez pas le peu de courage qu’il me reste de vos doux regards et de votre inquiétude ou je m’effondrerais comme un château de carte à vos pieds. Vous n’imaginez pas le pouvoir que vous avez sur moi et ça m’effraie. Je ne me suis jamais autant sentie vulnérable face à un homme. Je pourrais faire n’importe quoi de façon irraisonnée si vous me le demandiez, alors aidez moi à garder le cap.» »



texte ocean wings / img onyxeyes@tumblr / code diesel


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

Message Sujet: Re: Call me inresponsible ft. Eold

Revenir en haut Aller en bas

Call me inresponsible ft. Eold

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Call of Chtulhu LCG
» ~ call me maybe (baptiste)
» Quel est votre Call Of Duty préféré?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
So dark the con of man :: La Terre du MilieuTitre :: Le Rohan-